vegetable-371918_640

Des tomates pour révolutionner l’industrie automobile ?


La société Heinz (connue notamment pour son très célèbre ketchup) cherche à recycler ses déchets végétaux, les scientifiques de chez Ford pensent pouvoir créer des supports de câblage au sein de leurs véhicules grâce aux peaux de tomates séchées.

Pour la société Heinz, ce contrat est important, car ils doivent recycler pas moins de 2 millions de tonnes de résidus de tomate. Le constructeur automobile Ford s’est associé avec la compagnie agroalimentaire Heinz, Coca-Cola, Nike et la multinationale Procter & Gamble afin de révolutionner ses techniques de production notamment en développant un plastique 100 % végétal qui pourrait être utilisé dans toutes sortes de produits, aussi bien dans les voitures que dans les emballages.

Heinz a demandé de son côté à ses chercheurs de trouver des techniques innovantes pour recycler et réutiliser les peaux et les résidus des deux millions de tonnes de tomates utilisées chaque année pour produire son célèbre ketchup. Les ingénieurs de Ford ont annoncé conjointement avec la société Heinz dans un communiqué publié le 10 juin dernier, la possibilité selon laquelle Ford pourrait exploiter les fibres de tomate dans le développement de matières composites durables destinées à la construction automobile.

Dans un premier temps, les peaux de tomates séchées devraient servir à créer des supports de câblages au sein d’un véhicule Ford ou bien être utilisées dans la production d’élément pour la console que les clients Ford utilisent pour ranger leurs pièces et autres effets personnels. La technologie mise au point a passé les tests de validation bien que Heinz ait annoncé n’en être « qu’aux stades préliminaires de la recherche et un grand nombre de questions subsistent encore ». Ford a déjà fabriqué des coussins de sièges, dossiers de sièges et appuie-têtes en recyclant le plastique utilisé par Coca-Cola.

Source : CNN



Thomas Allaume

Thomas Allaume

Thomas, 18 ans, étudiant en classe préparatoire aux grandes écoles (PSI), au lycée François Arago à Perpignan. Curieux de tout, mais surtout des sciences et des technologies, je tenterai de vous faire partager ma soif de connaissances. A l’heure d’internet, le savoir est à portée de main.