,

Tatouage : Elle dissimule les cicatrices de femmes victimes de mutilations

Crédits Pixabay

Au Brésil, une tatoueuse professionnelle propose de dissimuler les cicatrices de femmes ayant subi des violences. Une façon de redonner de la fierté à ces femmes tout en leur permettant de partager leur vécu.

« Quand elle a vu le tatouage fini, elle en a été très émue, ce qui m’a profondément touchée. J’ai été soudain frappée par l’idée de proposer des tatouages ​​gratuits aux femmes qui souhaitent recouvrir des cicatrices dues aux violences domestiques ou aux mastectomies [une opération d’enlèvement d’un sein ou des deux, notamment en relation à un cancer du sein, ndlr]. Chaque tatouage agirait ainsi comme un instrument d’autonomisation et permettrait de booster l’estime de soi » explique Flavia Carvalho pour le HuffingtonPost, tatoueuse à la tête de son propre salon à Curitiba, au sud de São Paulo.

La personne très émue était une cliente qui était venue dans le salon de Flavia Carvalho il y a deux ans, dans le but de montrer une vilaine cicatrice présente sur son abdomen. La cliente, désirant cacher cette marque, voulait absolument pourvoir oublier l’homme qui l’avait poignardée dans un nightclub avec un couteau à cran d’arrêt. Son « erreur » avait été de refuser ses avances. C’est à partir de la rencontre des deux jeunes femmes que le projet A Pele Da Flor (à fleur de peau) à vu le jour.

Flavia Carvalho a donc fait du recouvrement de cicatrices, sa spécialité. Cacher les traces de balles et de coups, et écouter… tel est le rôle de la tatoueuse, un témoin privilégiée de la situation de ces femmes qui semblent avoir besoin de ces séances de tatouages pour tourner la page. Un genre de thérapie permettant de croire à nouveau à la vie, en somme.

« Des femmes de tout le pays et même de l’étranger me contactent. Elles viennent au studio, partagent leurs histoires et me montrent leurs cicatrices. Embarrassées, certaines pleurent et me serrent contre elles. Ensuite, nous concevons le tatouage et nous programmons la session. Elles deviennent alors optimistes. C’est merveilleux de voir comment leur relation avec leur corps change après avoir réalisé leurs tatouages. » poursuit Flavia Carvalho.

Voici quelques exemples du travail de la tatoueuse brésilienne :

Capture d’écran 2015-09-11 à 12.43.37 11896191_515913888582465_435090985628765027_n

Sources : HuffingtonPostKonbini

Crédit photos : Flavia Carvalho