,

Chine : Payer pour bien respirer, voilà où nous en sommes !

Credit: Vitality Air

En proie à de sérieux pics de pollution ces dernières semaines, la plupart des grandes villes chinoises étouffent. L’oxygène pur, devenu rare, est aujourd’hui un produit commercialisé qui génère beaucoup de profit.

L’oxygène, l’élément nécessaire à notre survie, est aujourd’hui payant. C’est même devenu un produit de luxe pour les habitants des plus grandes villes du monde. En Chine, où le pays subit des vagues de pollution terribles autour de ses métropoles, certains n’hésitent pas à payer pour respirer de l’air propre. Un marché très florissant, mais plutôt terrifiant s’est donc formé. Ainsi, pendant qu’un restaurant taxe ses clients pour l’air frais qu’ils respirent, d’autres vendent des bouteilles en aluminium d’air pur des Rocheuses canadiennes.

Selon les médias chinois, des clients se sont plaints auprès des autorités après qu’un restaurant situé dans la ville de Zhangjiagang rajoute u n petit supplément à la note pour couvrir le coût de l’air frais respiré dans ses locaux. Pour chaque client, une taxe de 1 yuan soit 15 centimes d’euros était imposée. Les autorités ont fini par trancher en faveur des clients, l’air pur étant une ressource naturelle pour laquelle on ne devait pas payer. Certains ont toutefois admis que débourser un supplément pour manger dans un environnement sain ne les dérangeait pas.

D’autres ont déjà franchi le cap et commercialisent aujourd’hui des bouteilles d’air pur du Canada. La société Vitaly Air propose à ses clients pour 18 euros environ, 7.7 litres d’air du parc national Banff, des Rocheuses canadiennes ou du lac Louise. Les ventes ont tristement explosé la semaine dernière lorsque les autorités chinoises lançaient pour la première fois une alerte rouge à la pollution.

Vitality Air
Credit: Vitality Air

Payer pour bien respirer, voilà où nous en sommes. Selon Greenpeace, la pollution de l’air est au-dessus de la limite dans 80 % des villes en Chine. On comprend donc aisément le besoin des Chinois de s’enivrer d’air pur, encore faut-il que les bouteilles vendues par la société canadienne soient efficaces. Après les accords passés lors de la COP21, il faut maintenant espérer que les consciences s’éveilleront afin que ce type d’exemple ne se reproduise pas à l’avenir.

Source : Le Monde — AFP