in

L’espoir renaît pour Hope, le bébé nigérian abandonné pour « sorcellerie »

Ses parents l’ont considéré comme un sorcier, alors ils l’ont abandonné. Durant huit mois, ce bébé nigérian de deux ans a erré dans les rues avant d’être sauvé par une danoise, qui a alors baptisé le petit garçon Hope, ou Espoir en français.

Durant huit mois, ce petit garçon de deux ans a erré dans les rues, maigre, nu, l’estomac bourré de vers. Quand il parvenait à se nourrir, c’était avec des restes que lui jetaient quelques passants. Une (courte) vie d’errance attendait ce bébé nigérian. Son crime ? Être soupçonné de sorcellerie par ses parents.

Mais le destin de ce petit bonhomme a enfin été bouleversé, lorsqu’il est tombé entre les mains d’Anja Ringgren Loven, une danoise basée en Afrique, directrice de l’African Children’ s Aid Education and Development Foundation, un fonds censé venir en aide aux enfants abandonnés, notamment ces « bébés-sorciers ». « Des milliers d’enfants sont accusés de sorcellerie et nous avons vu des enfants torturés, effrayés et même meurtris à cause de cela », écrit-elle sur sa page Facebook où elle donne régulièrement des nouvelles de celui qu’elle a baptisé Hope (espoir en français), et organise une collecte de fonds pour ce petit garçon.

Anja Ringgren Lovén/Facebook
Anja Ringgren Lovén/Facebook

Après l’avoir nourri et donné à boire, Anja a amené Hope à l’hôpital le plus proche où il a reçu des médicaments et des transfusions sanguines pour augmenter son nombre de globules rouges dans le sang. Deux semaines après, Hope va bien mieux et son état est stable. « Hope a déjà pris du poids et semble en bien meilleure santé » écrit Anja. « Désormais, il va falloir lui parler, ça viendra naturellement quand il sortira de l’hôpital et qu’il pourra grandir avec d’autres enfants. Les enfants sont plus forts ensemble ». Effectivement, Hope joue déjà avec le fils d’Anja, âgé de 18 mois.

Avec une partie de l’argent déjà récolté, Anja Ringgren Loven a entamé la construction d’une clinique destinée à sauver plus d’enfants victimes de ce genre de pratiques.

Anja Ringgren Lovén/Facebook
Anja Ringgren Lovén/Facebook
Anja Ringgren Lovén/Facebook
Anja Ringgren Lovén/Facebook
Anja Ringgren Lovén/Facebook
Anja Ringgren Lovén/Facebook

Source : metro.uk