in

Inégalités salariales : les Islandaises ont décidé de quitter le travail à 14h38

Crédits : Wikipédia, William-Adolphe Bouguereau (1825-1905) - Young Worker (1869)

Ce lundi 24 octobre 2016, de nombreuses femmes à travers toute l’Islande ont quitté le travail à 14h38 précises, en vue de protester contre les inégalités salariales entre les femmes et les hommes. Si l’écart se réduit petit à petit, ce rythme est encore bien trop lent.

14h38, c’est actuellement l’heure exacte à laquelle le salaire cesse d’être équivalent entre les femmes et les hommes en Islande, pourtant figurant parmi les pays où les droits de la femme sont les plus avancés. Alors, ce lundi 24 octobre 2016, c’est à cette heure précise que des milliers de femmes à travers le pays ont quitté leur poste de travail pour aller manifester, avec notamment le soutien des syndicats et des organisations de femmes.

Cette date du 24 octobre ne doit rien au hasard puisqu’elle a une signification particulière : c’est à cette date précise qu’en 1975, une première manifestation des Islandaises, le Women’s Day Off, avait eu lieu pour les mêmes revendications. À cette époque, elles avaient quitté leur travail à 14h05, puis à 14h08 en 2005 et à 14h25 en 2010 (un calcul basé sur une journée de huit heures, à poste équivalent).

Si l’écart semble donc se réduire, le rythme est encore bien trop lent puisqu’en suivant ce dernier, il faudrait attendre 2068 pour qu’enfin les salaires soient égaux entre les genres. « Peu importe qu’il s’agisse d’un écart de salaire lié au genre, ou de tout autre écart. Il est simplement inacceptable de dire que nous corrigerons ça dans 50 ans. C’est toute une vie » a déclaré Gylfi Arnbjörnsson, président de ASÍ, la Confédération islandaise du travail.

Selon les statistiques de l’Union Européenne, si le taux d’emploi des femmes en Islande (77,8%) est bien plus élevé que pour toute l’UE (58,6%), l’écart de salaire entre les femmes et les hommes était en 2011 de 18%, cette fois-ci plus élevé que la moyenne européenne, 16,2%.

Source