,

Les centrales au charbon du Canada fermeront toutes d’ici 2030 !

Crédits : Pixabay / ChristopherPluta

Dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat et afin d’accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la ministre de l’Environnement du Canada, Catherine McKenna, a annoncé ce lundi 21 novembre la volonté du pays de fermer ses centrales au charbon d’ici 2030.

Le Canada compte donner un coup d’accélérateur à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et en ce sens, vient d’annoncer par l’intermédiaire de Catherine McKenna, la ministre de l’Environnement, la fermeture de ses centrales au charbon à l’horizon 2030. Aujourd’hui, les centrales au charbon du Canada rejettent environ 10 % des émissions totales de GES du pays. Fermer ces centrales « équivaudra à retirer 1,3 million de voitures de la circulation », a déclaré la ministre au cours d’une conférence de presse à Ottawa.

Durant cette conférence de presse, la ministre de l’Environnement a également fixé un nouvel objectif, à savoir réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 par rapport au niveau de 2005. Avec ces fermetures, il devient possible de réduire « de plus de 5 millions de tonnes » les émissions du Canada vers 2030, a déclaré Catherine McKenna. À ce jour, le Canada produit déjà environ 80 % de son électricité via les énergies renouvelables. Un très bon élève qui veut faire mieux, c’est-à-dire passer à une part de 90 % d’énergies renouvelables en 2030.

Apphim
Apphim

Les centrales au charbon du Canada sont situées dans quatre provinces qui sont l’Alberta, la Saskatchewan, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Ecosse. La première citée prévoit d’ores et déjà de fermer complètement ses centrales et les trois autres auront le choix soit d’imiter le choix de la province de l’Alberta, soit d’avoir recours « à des technologies de capture et d’entreposage du carbone », a indiqué la ministre. Certains sites seront cependant autorisés à rester ouverts si des émissions de CO2 équivalentes sont supprimées ailleurs.

Source