, ,

Ils éclairent les villages isolés grâce aux bouteilles en plastique

Crédits : capture écran chaîne youtube : Mashable FR

Des lampes à fabriquer soi-même en utilisant des bouteilles en plastique, tel est le projet open-source baptisé Liter of Light mis en place par l’ONG éponyme qui entend là aider les nombreuses populations privées d’électricité.

Nous sommes plus de 7 milliards de personnes sur Terre et bien que nous soyons en 2016, 1,5 milliard de personnes vivent actuellement dans des régions privées d’électricité et doivent s’adapter avec les moyens à disposition. Un chiffre qui augmente lorsque certaines régions sont frappées par des catastrophes, comme ce fut le cas récemment après le passage de l’Ouragan Matthew, laissant les populations locales d’Haïti privées d’électricité.

Pour contribuer à aider ces populations, l’ONG Liter of Light a mis au point un projet portant le même nom, visant à éclairer les villages isolés où la lumière fait défaut, et ce grâce à des bouteilles en plastique et un ingénieux système. Ces bouteilles sont remplies d’eau et de javel (afin d’empêcher le développement des algues), puis fixées dans les toits des maisons où elles reflètent la lumière naturelle extérieure à l’intérieur.

« On va dans un village et on dit ‘Qui veut de la lumière gratuite en journée ?« , déclare Illac Diaz, le fondateur de l’ONG, au magazine Mashable. « Puis, on revient deux mois après et on propose aux locaux : ‘Vous voyez, tout l’argent que vous avez économisé en évitant d’utiliser de l’électricité, des bougies ou des lampes à kérosène (environ 10 ou 15 dollars mensuels) ? Vous ne voudriez pas l’investir pour mettre à jour votre installation et avoir de la lumière durant la nuit ?‘ »

La mission de l’ONG Liter of Light va plus loin et forme les communautés locales à la fabrication d’appareils alimentés à l’énergie solaire. « On leur donne des pièces disponibles localement pour fabriquer 10 lampes. Ils doivent les assembler de A à Z, jusqu’aux soudures de cuivre des circuits imprimés. De cette manière, ils apprennent, et, à long terme, ils savent fabriquer eux-mêmes ces lumières à énergie solaire à partir de matériaux et de savoir-faire locaux.« 

Source