Une série de photos interroge sur l’altération du paysage par la main de l’homme

Francesco Luciani n’est pas un photographe comme les autres. Son dernier projet intitulé Marble District a pour but de montrer à quel point l’être humain modifie son espace, et ce,...
(Crédit photo : Francesco Luciani)

Francesco Luciani n’est pas un photographe comme les autres. Son dernier projet intitulé Marble District a pour but de montrer à quel point l’être humain modifie son espace, et ce, dans le but de permettre l’interrogation sur ce sujet à qui veut bien se montrer réceptif.

La dernière série de photographies proposée par Francesco Luciani a été effectuée dans une zone d’extraction minière abandonnée dans le nord de la région des Pouilles sur la côte Adriatique, près d’un petit village nommé Apricena. C’est dans le sud de l’Italie que l’artiste photographe a voulu observer et étudier l’intervention humaine sur la nature et le paysage, qui à l’origine, sont bruts.

Francesco Luciani s’intéresse aux lieux massifs, abandonnés après que les richesses aient été extraites. La mine photographiée ici était un important gisement de marbre aujourd’hui épuisé. Il ne reste alors que les traces de l’action humaine d’antan, comme une cicatrice qui ne se refermera jamais.

« Il y a aussi la beauté des matières que le travail de l’Homme a révélée et l’atmosphère mystique que l’abandon et le retour de la nature leur donnent », explique l’intéressé sur son site officiel.

L’artiste voit de la beauté dans ce site qui prouve, comme des dizaines de milliers d’autres endroits, l’exploitation massive de notre planète qu’il semble tout de même dénoncer. L’antagonisme dans la démarche du photographe est une notion assez spéciale qui ne sera peut-être pas appréciée de tous. En effet, comment facilement voir de la beauté dans un endroit qui a été morcelé, sculpté, exploité de la sorte par l’Homme ?

L’artiste photographe considère tout simplement qu’un endroit aussi « torturé » puis abandonné à nouveau à la nature qui y reprend alors ses droits peut être beau et peut l’être assez pour être immortalisé en image. L’utilisation d’une chambre grand format argentique n’a pas été faite par hasard : elle fait ressortir le manque d’harmonie des parois rocheuses et met en valeur les vues panoramiques.

Même le plus fervent des écologistes pourrait trouver une certaine beauté à ces clichés, pas vrai ? Chacun se fera son opinion, voici la série de photographies Marble District :

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

(Crédit photo : Francesco Luciani)

Sources : KonbiniFubizIgnant



Dernier sondage :


Vous aimerez aussi