in

Carte : la portée des différents missiles nord-coréens dans le monde

Crédits : Pixabay

L’actualité autour de la Corée du Nord est sujette aux rebondissements depuis des mois, pour ne pas dire des années. Dans un contexte de friction avec différents pays asiatiques, mais surtout avec les États-Unis, une carte permet de comprendre la portée potentielle des différents missiles nord-coréens dans le monde.

Il y a quelques jours, le demi-frère du dictateur Kim Jong-Un a été assassiné en Malaisie, un fait qui s’est déroulé suite au récent tir de missile de moyenne portée en mer du Japon. Cela fait de plus en plus penser aux États-Unis que la mise en place d’un bouclier antimissile est une décision nécessaire.

Bien que le missile n’ait parcouru que 500 kilomètres, le tir est qualifié de « réussi » par les autorités nord-coréennes qui ont déclaré qu’il s’agissait d’un missile Pukguksong-2 d’une portée de 10 000 kilomètres. Il s’agirait pourtant d’une version améliorée d’un missile de type Musudan dont la portée n’excéderait pas 4000 kilomètres.

Selon Pyongyang, le Pukguksong-2 serait toujours en préparation et serait prévu pour être opérationnel d’ici la fin de l’année. Avec ses missiles de moyenne et longue portée, la Corée du Nord est une menace à prendre très au sérieux pour les États-Unis, d’autant plus que ce pays se rapproche progressivement de l’arme nucléaire.

Une carte diffusée par France Info fait état de la portée des différents missiles nord-coréens tels que le Scud-C (500 km), le No-dong (1500 km), le Musudan (4000 km) ainsi que le futur Pukguksong-2 (10 000 km).

L’Asie semble être en première ligne pour les trois premiers missiles, mais le dernier placerait toute l’Europe, la Russie, le Moyen-Orient et l’Australie à la portée de la Corée du Nord. Le Canada et une partie des États-Unis (côte ouest) seraient également concernés.

Alors que la Corée du Nord semblait se détendre (notamment au niveau culturel comme en témoigne le programme Erasmus [notamment avec la France] destiné à l’échange d’étudiants et d’enseignants entre les universités et les grandes écoles européennes), ce pays reste belligérant et continue sa course à l’armement ainsi que ses provocations.

Sources : France InfoLe MondeEurope 1