,

Gaspillage : Cet employé de magasin jette 100 kg de nourriture chaque jour

Des tomates, du pain, de la viande et des dizaines de kilos de denrées comestibles broyées dans une vidéo récemment publiée. Selon l’employé d’une enseigne de la grande distribution qui en est l’auteur, cette hécatombe serait quotidienne. Comment cela est-il possible?

Selon des chiffres officiels de 2015, plus de 7 millions de déchets alimentaires sont détruits chaque année tout au long de la chaîne allant de la production à la consommation, en passant par la commercialisation. Une grande part de ces déchets proviennent des ménages et des industries qui produisent, mais il s’avère qu’une partie non négligeable résulte des invendus des magasins de grande surface.

Le problème est que ces déchets alimentaires sont encore comestibles et souvent même éliminés avant leur date de péremption. Véritable sujet tabou, ce gaspillage n’avait pas vraiment de preuve en images jusqu’à aujourd’hui. Jean-Marc (nom fictif), employé dans l’un de ces magasins, a contacté le site Mr Mondialisation dans le but de faire entendre sa voix et son témoignage.

L’intéressé travaille depuis plus de dix ans pour une grande enseigne de supermarché et préfère évidemment garder l’anonymat de peur d’être licencié. Responsable de rayon, une de ses tâches est d’éliminer la marchandise arrivant presque à la date limite de consommation. Bien que toujours comestibles, ces produits sont jetés et la quantité est astronomique puisqu’il s’agirait d’une centaine de kilos par jour en moyenne! Vous pouvez faire le calcul avec le nombre de supermarchés (simplement en France) pour avoir une idée du gaspillage général.

« Cette vidéo n’est qu’un petit échantillon, car il faut s’imaginer que chaque jour le rayon fruit et légumes “casse” en moyenne pour 200 € de produits, soit environ un peu moins de 100 kg de fruits & légumes », déclare Jean-Marc.

Tous les produits frais sont concernés : fruits et légumes, pains, mais aussi viandes sont jetés souvent deux jours avant la date fatidique. Jean-Marc, conscient des enjeux environnementaux et sociaux, est en proie aux remords et a décidé de parler, mais continue néanmoins de s’exécuter quotidiennement. Selon lui, « il faut obéir ou prendre la porte. »

La plupart des denrées jetées sont encore comestibles et pourraient donc être distribuées à des associations ou encore être offertes aux employés. En réalité, il s’agit d’une volonté propre aux magasins de ce type de ne pas se montrer généreux. On sait aussi que bon nombre d’autres produits sont détruits alors qu’ils ne présentent que des défauts d’emballage comme des paquets détachés d’un lot, des coins écornés ou emballage déchiré…

Pour finir, voici une déclaration de Jean-Marc montrant le désarroi que ressentent certains employés alors que beaucoup d’autres s’exécutent sans scrupules :

« Je trouve assez dur psychologiquement d’être confronté à ce gâchis monstre tous les jours. Comment peut-on accepter, en tant qu’employé, en ayant parfois l’obligation de faire des sacrifices pour pouvoir diversifier sa propre alimentation, de devoir jeter des fruits, des légumes, des yaourts ou des barquettes de viandes qui sont encore consommables alors qu’on pourrait très bien les brader, les donner aux employés ou fournir des associations? C’est incompréhensible! »

Enfin, les moyens de production et de distribution sont énormes, l’empreinte écologique non négligeable et tout ça pour qu’une partie de ces denrées partent à la poubelle : tout simplement affligeant. Voici la vidéo tournée par Jean-Marc, une preuve incontestable de ce qui se passe dans pratiquement tous les supermarchés du monde :

Sources : Mr MondialisationMinistère de l’environnement