,

Aux États-Unis, les riches font des stages de « pauvreté » !

Crédits : Pixabay

Lorsqu’elle vous touche, la pauvreté est un combat quotidien consistant à tenter de subvenir à vos besoins les plus primaires. Pour d’autres, c’est un hobby comme aux États-Unis où des personnes aisées paient pour effectuer des stages durant lesquels ils se transforment en gens pauvres. Pourquoi un tel engouement autour de ce phénomène ?

« Qui va au stage de pauvreté ce week-end ? »

Sans toit, sans nourriture, sans habits convenables et tout en considérant que l’accès à une salle de bain et à des toilettes est quelque chose de compliqué, le feriez-vous par jeu ? Certainement pas, la culpabilité vous prendrait sûrement aux tripes. Mais pour ces Américains issus de familles riches, les scrupules n’existent pas vraiment. L’émission Envoyé Spécial s’est rendue dans un lycée clinquant de l’état du Texas pour y rencontrer des jeunes gens en totale déconnexion avec la société réelle, celle dont ces derniers sont préservés depuis leur naissance.

Ces fils de médecins ou d’avocats sont considérés par leur proviseur comme des enfants « pourris gâtés ». C’est pour cette raison que ce dernier a décidé de les initier à ce que l’on appelle des « stages de pauvreté ». Évidemment, c’est obligatoire, mais tout de même amené de façon ludique : les élèves restent des « clients » à qui l’on facture l’année scolaire à 15 000 dollars ! S’habiller « en pauvre », dormir dehors ou encore rencontrer de vrais SDF sont des activités prévues au programme.

« Nous sommes toujours privilégiés en fait », déclare une des élèves participant au stage, preuve que la prise de conscience est possible, mais pour combien de temps ?

Dans l’état du Michigan, précisément dans la ville déshéritée de Flint, une association locale propose une formation rapide : un jeu de rôle d’une durée d’une heure façon Monopoly humain. Ces professeurs et autres banquiers vont devoir simuler la pauvreté ou du moins la précarité : voiture en panne, factures en retard, difficultés de budget mensuel…

À la manière d’un jeu, ce genre de stages nous semble naturellement quelque chose d’inouï, mais cela traduit bien la manière de vivre et de penser d’une partie des Américains ignorant totalement la dure réalité des gens pauvres. Si certaines réactions peuvent laisser perplexe comme une certaine légèreté malheureusement redondante, il est possible d’être optimiste et de croire que certaines personnes considéreront ce genre de stage autrement que comme une simple « expérience inoubliable » comme pourrait l’être une première fois au camping !

Voici le reportage d’Envoyé Spécial diffusé le 2 février 2017 :

Sources : France InfoAtlantico