, ,

En Indonésie, ce sac plastique biologique se boit !

Un entrepreneur de l’île de Bali a réussi à fabriquer un sac plastique biologique entièrement soluble, que l’on peut boire sans problème. Lassé de la situation de son île, ce dernier a créé une société qui commercialise ce sac plastique nouvelle génération. Les animaux marins peuvent lui dire merci !

Bali est une île paradisiaque, si bien que des centaines de milliers de touristes s’y rendent chaque année. Cependant, les déchets plastiques sont très nombreux, dont les sacs, qui jonchent principalement les plages et polluent les eaux. Il s’avère par ailleurs que l’Indonésie est le second pays le plus impacté par la pollution plastique, juste derrière la Chine, tandis que le fleuve le plus pollué au monde se trouve sur son territoire : le Citarum, sur l’île de Java.

Revenons sur l’île de Bali. En 2016, deux jeunes filles de 13 et 15 ans ont gagné une guerre contre l’utilisation des sacs plastiques en créant l’association Bye Bye Plastic Bags et en contraignant le gouverneur de Bali à prendre des mesures législatives allant dans ce sens. Cependant, il faut un certain temps avant que Bali redevienne un des plus beaux endroits au monde, surtout que le bannissement des sacs plastiques n’interviendra qu’en 2018.

(Crédit photo : Avani Eco)

Kevin Kumala, jeune entrepreneur local entre en action

« Nos sacs sont tellement écologiques qu’ils ont réussi les tests de toxicité alimentaire. Cela donne de l’espoir aux animaux marins qui n’étouffent plus ou n’ingèrent plus de matières qui peuvent être dangereuses » explique l’inventeur à CNN.

Ces mots sont ceux de Kevin Kumala, un jeune entrepreneur local fondateur de la société Avani Eco en 2014, l’intéressé fabrique des sacs et des emballages alimentaires 100% biologiques, biodégradables et compostables. Après deux ans de recherches, il élabore une nouvelle formule révolutionnaire composée de manioc, une racine que l’on rencontre souvent à Bali. Ainsi, les sacs désormais produits sont complètement solubles et comestibles, ou devrait-on dire « potables ».

Ces sacs ont l’allure de sacs normaux, à la différence que lorsqu’ils se décomposent, ceux-ci ne causent aucune pollution impactant les hommes, les animaux et la nature. Ceci pourrait représenter une alternative idéale dans le cadre de la protection des océans, mais également dans le but d’éviter la pollution des eaux douces.

« Je voulais montrer que ce plastique bio était tellement inoffensif pour les animaux que même un humain pourrait le boire. Je n’étais absolument pas nerveux vu que j’avais passé des tests de toxicité alimentaire » poursuit l’intéressé.

Un seul obstacle pouvant freiner cette solution : le coût, deux fois plus élevé que celui des sacs traditionnels. Bien que le gouvernement soutienne l’initiative, il reste à convaincre les entreprises de l’adopter, ce qui ne sera pas une mince affaire. Quoi qu’il en soit, un tel plastique devrait être idéalement adopté dans le monde entier, mais la volonté politique se situe surement ailleurs…

Une petite démonstration ? La vidéo ci-dessous est sans équivoque :

Sources : CNNL’ObsKonbini