,

Infographie : dans quel pays du monde travaille-t-on le plus ?

Une infographie récente montre les pays dont les travailleurs passent le plus de temps au travail. Il semble que les Mexicains soient les travailleurs les moins bien logés en termes de nombre d’heures travaillées par an.

Le journal portugais O Jornal Económico a récemment publié une infographie afin d’expliquer que le Portugal était un des pays où l’on a le plus travaillé, alors que la productivité (PIB x heures travaillées) n’a progressé que de 2,8 % depuis 2010. L’infographie offre des points de comparaison dans toute l’Europe et dans le monde et a été traduite en français avant d’être relayée par le Courrier International.

En Europe, ce n’est pourtant pas les Portugais (1 868 heures/an) qui passent le plus de temps au travail, mais les grecs (2 042 heures/an) suivis des Russes et des Polonais. En revanche, les Français sont parmi les moins travailleurs d’Europe (1 482 heures/an), tandis que la palme est décernée aux Allemands (1 371 heures/an).

À l’échelle mondiale, il y a pourtant pire que nos amis grecs ! Les champions du monde du travail sont les Mexicains avec 2 246 heures travaillées par an, une première place déjà occupée lors de ce même classement en 2012. Viennent ensuite le Costa Rica (2 246 heures/an) et la Corée du Sud (2 113 heures/an).

Le Japon (1 719 heures/an), qui est réputé pour être un pays où l’on travaille énormément, arrive non seulement derrière les pays évoqués plus haut, mais également derrière des pays tels que la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, le Chili, la Lituanie ou encore l’Islande. En effet, l’image donnée des travailleurs nippons est largement véhiculée par les consortiums et grosses multinationales, ainsi que la culture de l’entreprise qui s’avère être très intrusive dans leur vie. Il en va de même pour la Corée du Sud dont on parle moins, mais qui travaille pourtant bien plus en moyenne, une situation faisant actuellement l’objet d’une indignation massive de sa jeunesse.

Voici l’infographie traduite par le courrier international :

(Crédit image : Courrier International)

Sources : O Jornal EconómicoCourrier International