,

Pendant ce temps-là, un député européen polonais ignore que nous sommes en 2017…

capture vidéo

La misogynie n’aura malheureusement pas disparu avec la nouvelle année. Celle-ci reste bien ancrée dans nos sociétés, et ce, jusque dans les plus hautes instances politiques européennes. La dernière preuve en date ? La déclaration de Janusz Korwin-Mikke, député européen polonais, une des figures politiques les plus controversées de son pays.

« Les femmes doivent être moins bien payées que les hommes parce qu’elles sont moins intelligentes », a déclaré l’intéressé le 1er mars 2017 au parlement européen lors d’un débat traitant des inégalités salariales entre hommes et femmes.

L’argumentaire de l’homme politique est on ne peut plus déconcertant. En effet, afin de tenter de donner plus de poids à son affligeante déclaration, celui-ci évoque le dernier classement des olympiades scientifiques polonaises : la première femme occuperait selon lui la 800e place. Janusz Korwin-Mikke évoque également l’absence d’une femme dans les 100 meilleurs joueurs d’échecs au monde.

Selon ce personnage lugubre, les femmes seraient « plus faibles, plus petites et moins intelligentes », autant de raisons faisant que ces dernières devraient logiquement « gagner moins ».

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la déclaration de l’homme politique polonais est allé jusqu’à son terme, froissant au passage les oreilles de la députée espagnole Iraxte Garcia Perez du groupe S & D qui s’est empressée de lui répondre :

« Écoutez, monsieur le député ! Selon vous, selon votre théorie, je n’aurais pas le droit de me tenir ici comme députée. Et je sais que ça vous fait mal, je sais que ça vous peine et que ça vous préoccupe qu’aujourd’hui les femmes, nous puissions représenter le peuple dans les mêmes conditions que vous. À cette place, je vais défendre les femmes européennes contre les hommes comme vous. »

Malgré les applaudissements de l’assemblée, Janusz Korwin-Mikke a affiché un sourire lourd de sens, celui de quelqu’un qui ne regrette rien. Cependant, lorsque l’on s’intéresse de plus près à ce personnage, comment s’étonner d’une déclaration aussi archaïque ?

Il est en effet député européen depuis mai 2014 et fait partie des « non-inscrits » du Parlement européen. Cela signifie qu’il n’appartient à aucune formation politique européenne. Ces députés sont d’ailleurs très souvent affiliés à l’extrême droite comme Marine Le Pen, également députée européenne.

Janusz Korwin-Mikke est avant tout un essayiste libéral conservateur et eurosceptique au passé tumultueux de militant anticommuniste. L’intéressé a fondé en 1987 le Mouvement de la politique réelle, devenu l’Union de la politique réelle en 1989 et dont le but est l’abolition de l’impôt sur le revenu, la privatisation des services de santé et suppression du salaire minimum en Pologne. Député dans son pays entre 1991 et 1993, il s’est présenté cinq fois à l’élection présidentielle (en 1995, 2000, 2005, 2010 et 2015), sans succès.

Les déclarations du député polonais sont réputées pour être révoltantes. En 2013, il estime par exemple qu’Adolf Hitler n’était pas au courant de l’extermination des Juifs puisque celle-ci avait été organisée par Heinrich Himmler, un des plus hauts dignitaires du Troisième Reich.

Concernant les femmes, le député n’en est pas à son coup d’essai pour ce qui est d’exprimer la haine qu’il leur porte. Janusz Korwin-Mikke avait déjà déclaré remettre en question le droit de vote des femmes puisque selon lui, ces dernières seraient moins intéressées par la politique et davantage en faveur de dépenses sociales. Pire encore, il se déclare monarchiste et partisan de la fin du droit de vote pour tous !

Voici le fameux passage du débat du 1er mars 2017 au Parlement européen :

Sources : Parlement Européen – Brut.Biographie de Janusz Korwin-Mikke