,

Son bracelet connecté lui a sauvé la vie !

Crédits : Wikipédia / MorePix / Fitbit

Le bracelet connecté est un produit très complet qui permet notamment d’assurer un bon suivi de vos performances et entraînements. Ces bracelets destinés au plus grand nombre, mais aussi aux sportifs les aguerris commencent donc à s’inviter de plus en plus dans le quotidien des sportifs. Mais pour Patricia Lauder, porter son tracker d’activité a permis de lui sauver la vie !

Tout juste retraitée à l’âge de 73 ans, Patricia Lauder était heureuse à l’idée de profiter de sa retraite dans la ville d’Harwinton (Connecticut, États-Unis). Voyant là une occasion rêvée de se remettre en forme et de perdre du poids, elle décida alors de s’offrir une Fitbit pour surveiller ses progrès sans savoir que cet investissement allait lui sauver la vie.

« Cela faisait des semaines que je ne me sentais pas bien et je pensais que j’avais un mauvais rhume ou une pneumonie qui ne passait pas », expliqua cette femme qui avait souffert plus tôt d’une infection des sinus dont elle pensait avoir quelques symptômes persistants. Elle perdait son souffle rapidement, ressentait facilement une grosse fatigue même après une petite promenade non loin de chez elle et chaque tâche quotidienne était un calvaire pour elle. Le diagnostic des médecins peinait quant à lui à tomber.

Sa Fitbit l’a néanmoins alertée, car les relevés sur ses battements de cœur ne cessaient d’augmenter de jour en jour de cinq points. D’un taux normal de 68 à 70 battements par minute, elle est passée un jour à 140 battements la minute au cours du mois de janvier 2017. Cela la décida à appeler les urgences pour se rendre à l’hôpital UConn John Dempsey de Farmington, très réputé dans le domaine des problèmes cardiaques.

Patricia et le Dr JuYong Lee, le directeur en médecine vasculaire et endovasculaire du centre de cardiologie de UConn Health qui l’a examinée et soignée. Crédit : Janine Gelineau/UConn Health Photo

C’est un recours à la tomodensitométrie qui aura permis de déceler deux caillots de sang assez larges dans les artères de ses deux poumons. C’est cette embolie pulmonaire qui a causé une pression élevée dans le cœur et les poumons. La pression dans ses artères pulmonaires avait atteint 65 (là où le taux normal est de seulement 25). Son cœur était donc surmené et élargi, car il devait travailler encore plus fort pour que le niveau d’oxygène augmente.

Une chirurgie peu invasive et innovatrice a permis de dissoudre les caillots en injectant la médication directement dans les artères. Le lendemain, l’embolie avait complètement disparu et son cœur fonctionnait normalement.

Pour Patricia Lauder, l’histoire se termine donc bien : « Si je n’avais pas eu ma Fitbit au poignet, je n’aurais jamais su que mon rythme cardiaque était devenu aussi élevé… et je ne serais pas là pour raconter mon histoire. » Preuve s’il en fallait que ces relevés sont utiles pour les performances sportives, mais aussi pour donner des indications précieuses sur notre santé. L’an dernier, cela avait par ailleurs aussi sauvé la vie d’un homme dans le New Jersey (États-Unis), les médecins ayant analysé les informations synchronisées sur son téléphone pour trouver la meilleure manière de le sauver.

Sources : UConnToday ; Fox6Now ; Tom’s Guide