in

Un ancien collectionneur compulsif nous explique comment vivre heureux en ne possédant presque rien

Capture vidéo

Le minimaliste japonais Fumio Sasaki sait de quoi il parle. Cet ancien collectionneur fou a décidé de tout abandonner comme il l’explique dans un ouvrage destiné à montrer que le fait de ne garder que le strict minimum peut rendre heureux.

Rien de tel qu’un déménagement ou une observation des collectionneurs compulsifs pour se rendre compte de ce qu’un humain est capable de posséder en quantité. Le minimaliste Fumio Sasaki donne sa vision dans un ouvrage baptisé Au revoir, les choses ainsi que dans son blog Minimal & ism.

L’intéressé habite un appartement de 20 m² dans la ville de Kyoto et son intérieur ne contient que 300 objets soigneusement sélectionnés au total. Selon lui, le tout peut être déménagé en une demi-heure seulement. Ce minimaliste convaincu était pourtant un collectionneur invétéré de diverses choses : CD’s, DVD’s ou encore livres, mais ce n’est pas tout.

« J’adorais collectionner des choses. Mon passe-temps, c’était la photographie. Je possédais des douzaines d’appareils photo et j’avais également des instruments de musique… Je ne savais pas en jouer », explique Fumio Sasaki dans la vidéo à visionner en fin d’article.

L’achat compulsif est un réel problème selon lui, puisqu’une fois l’achat réalisé l’achat, le plaisir disparaît rapidement pour laisser place à une angoisse relative à ce qui manque, à ce qui n’est pas possédé. Le concept de minimalisme, Fumio Sasaki en prend connaissance en 2014 et se familiarise avec le fait de vivre simplement en se dépossédant de tout bien jugé inutile et superflu.

Par ailleurs, son livre de chevet a longtemps été La Magie du rangement écrit par Marie Kondo, une Japonaise consultante en rangement, un ouvrage traduit en 35 langues. Celle-ci est à l’origine de la méthode KonMari visant à effectuer un énorme tri des affaires personnelles dans le but de ne garder que ceux qui procurent vraiment du bonheur.

Si le minimalisme a été conceptualisé dans les années 2000, ce dernier n’est pas éloigné de la culture nippone puisque le bouddhisme zen préconise une « esthétique faite de simplicité et de dépouillement ». C’est ainsi que Fumio Sasaki s’est finalement débarrassé de 95 % de ses biens personnels ! Cela se ressent même au niveau de ses vêtements : seulement quatre t-shirts, trois chemises, quatre pantalons, quatre paires de chaussettes habitent son dressing.

« Passer moins de temps à ranger ou à faire les magasins signifie que j’ai plus de temps pour voir mes amis, sortir ou voyager pendant mes congés. Je suis devenu plus actif », explique le minimaliste.

Le concept se retrouve dans chaque pièce de la maison et cela concerne également la salle de bain ou la cuisine puisqu’il n’utilise qu’un seul produit pour nettoyer à la fois la vaisselle, ses vêtements et même ses cheveux ! L’homme indique que son argent et son temps sont désormais dédiés à faire des « expériences » plutôt qu’acquérir des biens matériels. Et vous, prêts à essayer ?

Sources : The GuardianWe DemainLe Figaro