,

Manquant de lait, le Qatar fait venir 4000 vaches par les airs !

Crédits : Wikimedia Commons

Depuis le 5 juin 2017, le Qatar a été placé sous blocus par ses voisins et le manque lié aux importations se fait sentir. Cela touche par exemple le lait, mais un entrepreneur a trouvé la solution.

Le Moyen-Orient connaît actuellement une crise sans précédent. En effet, les voisins du Qatar accusent celui-ci de financer le terrorisme et ont mis en place un blocus. Après deux semaines, les importations de denrées alimentaires dont le Qatar est dépendant à 90 % viennent à manquer comme c’est le cas pour le lait qui provient habituellement d’Arabie Saoudite.

Une solution a été trouvée afin d’éviter la pénurie de lait pour les 2,5 millions d’habitants du pays. L’entrepreneur local Moutaz Al Khayyat a pris la décision de faire venir 4000 vaches d’un poids de 590 kilogrammes chacune par avion. Selon Bloomberg, il s’agit ici du « plus gros transport aérien bovin de toute l’histoire ».

En effet, pas moins de soixante avions seront affrétés par la compagnie nationale Qatar Airways pour cette opération dont le coût est estimé à près de huit millions de dollars américains. Il faut savoir que les bovidés qui seront transportés viennent de loin puisqu’ils ont été achetés aux États-Unis et en Australie.

Moutaz Al Khayyat, chef de l’entreprise de bâtiment Power International Holding, voit ici une opportunité de développer sa seconde activité dans l’agriculture. Avant les tensions géopolitiques que nous connaissons aujourd’hui, l’homme d’affaires avait mis sur pied une ferme située à quelque cinquante kilomètres de la capitale, Doha. Placée en plein désert, cette ferme dont la taille est équivalente à soixante-dix terrains de football produisait déjà du lait de brebis.

Il s’avère que Moutaz Al Khayyat avait déjà décidé de se diversifier et de produire du lait de vache. Ainsi, la crise a accéléré la manœuvre. L’intéressé a déclaré que sa ferme pourrait couvrir le tiers des besoins en lait du pays, et ce, dès cet été.

Il est également question de résister face au blocus orchestré par les Émirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite et Bahreïn. Le Qatar, pays le plus riche au monde grâce au pétrole, mais ne disposant que de très peu de surfaces arables, désire prouver qu’il peut se débrouiller seul.

Le Qatar a d’ores et déjà encouragé sa population à soutenir le peu de produits élaborés dans le pays et a mis en place des circuits d’approvisionnement alternatifs traitant avec des pays comme l’Iran et la Turquie. Cependant, Amnesty International a tout de même mis en garde contre un possible risque de pénurie alimentaire puisque depuis le 5 juin et la mise en place du blocus, les Qataris ont envahi les magasins afin de faire du stock.

Enfin, le Qatar fait de sa sécurité alimentaire une priorité depuis une dizaine d’années. Ce pays projette d’atteindre les 60 % d’autosuffisance alimentaire d’ici à 2030 et compte se reposer sur ses investissements dans des fermes et des terres arables situées au Brésil, en Australie ou encore en Afrique de l’Est.

Sources : Le MondeBloombergKonbini