in

Un millionnaire anonyme offre 86 millions de dollars en bitcoins à plusieurs associations

Crédits : Flickr

Avec l’augmentation incroyable du cours du Bitcoin cette année, un détenteur anonyme de cette crypto-monnaie, qui se fait appeler Pine, a récemment créé un fond dans le but de financer des associations caritatives.

Malgré la récente chute de 30 % du cours du Bitcoin en une semaine seulement, ce dernier semble se reprendre et tourne actuellement autour des 13 000 dollars l’unité. Cela n’empêche pas certains d’avoir des idées sur la façon de distribuer leur argent, surtout qu’il y a peu nous apprenions qu’un petit millier de personnes seulement se partageaient 40 % du total des Bitcoins !

A la veille de Noël, le mécène Pine a créé le Pineapple Fund (ou Fonds Ananas), grâce à 86 millions de dollars en Bitcoin (5057 Btc). D’après le site officiel du fonds, pas moins de 18 millions de dollars ont déjà été distribués, notamment à l’Internet Archive consacré à l’archivage du Web et à l’association The Water Project, dont la mission est de fournir des solutions d’approvisionnement et d’assainissement de l’eau dans des villages en Afrique.

Crédits : Pineapple Fund

Ce millionnaire-philanthrope anonyme a été interrogé par The Guardian :

« Je suis heureux d’être capable d’aider à améliorer le monde. J’ai beaucoup de confiance en l’humanité, mais j’aimerais que les gens puissent vivre en ayant plus de respect et d’amour les uns pour les autres. »

Lorsque l’on a beaucoup d’argent à distribuer à des associations, le but est de faire les bons choix. Pine semble savoir ce qu’il fait et a déclaré avoir trois critères de sélection : l’impact du travail effectué, la nouveauté technologique et la compatibilité avec le développement durable. Cependant, l’intéressé a indiqué que son plus gros facteur de décision restait son propre instinct.

Alors qu’il est possible pour les différentes associations de postuler en ligne afin d’obtenir une partie des 68 millions de dollars restants, Pine a également déclaré être sensible aux causes environnementales, à la recherche sur la santé mentale ainsi qu’aux violences faites aux femmes.

Sources : The GuardianMashableLe Monde