in

La tour Salesforce : un gratte-ciel pas comme les autres à San Francisco

Crédits : Salesforce Tower

Une nouvelle tour a été inaugurée début janvier à San Francisco. Il s’agit de la tour Salesforce, du nom de l’entreprise qui occupera la majeure partie des locaux. Premier gratte-ciel du genre dans la ville, ce bâtiment marque autant la fin d’une époque qu’il confirme l’arrivée d’une nouvelle.

La fin d’une époque…

En ce début d’année, un nouveau gratte-ciel vient de voir le jour : la tour Salesforce. Ses 61 étages culminant à 326 mètres de hauteur domineront San Francisco et sa célèbre baie. Quand on compare cet immeuble à d’autres gratte-ciels comme le One World Trade Center à New York (540 m) ou la tour Burj Khalifa à Dubaï (828 m), on peut se demander en quoi c’est un événement. Cette tour pourrait même faire figure de miniature.

Mais dans la ville du Golden Gate, c’est une petite révolution. D’aucuns dénoncent une future course à la hauteur à San Francisco, ville qui tient pourtant jalousement à son charme fait de petites maisons colorées, de ruelles en pentes et de voies piétonnes. Un règlement imposait même une limite pour les nouvelles constructions : 167 mètres. Limite donc allègrement franchie avec cette tour Salesforce qui dépasse l’ancienne plus haute tour de la ville, la TransAmerica Pyramid, qui atteint les 260 mètres. C’est donc peut-être la fin d’une époque.

Pour le moment, il ne s’agit que du tout premier gratte-ciel. Il est donc encore temps d’en profiter avant que d’autres bâtiments ne viennent assombrir l’horizon et l’atmosphère unique de San Francisco, très différente des autres grandes agglomérations américaines. D’autant que les visites aux USA sont maintenant grandement simplifiées grâce au programme d’exemption de visa. Pour plus d’informations à ce sujet, vous pouvez visiter la page Formulaire ESTA : ce que vous devez savoir.

… et le début d’une autre

Mais l’image hippie et artistique qui a longtemps été associée à la ville ne reflète plus vraiment la réalité socio-économique, dans la mesure où la majeure partie de la population active travaille dans le secteur de la tech. Rien de surprenant dans la mesure où San Francisco et son Université à Berkeley ont été le berceau des premiers ordinateurs et d’Internet.

Le fait que ce soit Salesforce, éditeur de logiciels et de services aux entreprises comme le cloud computing, qui donne son nom à cette tour est tout un symbole, confirmant la prééminence du secteur des nouvelles technologies dans la ville qui serait la plus européenne des États-Unis. En espérant toutefois que ce nouveau gratte-ciel ne s’effondre pas lors du Big One, le tremblement de terre tant redouté par les habitants de la région, assise sur l’une des plus grandes failles géologiques du globe…