in

Le meilleur café au monde cache une terrible réalité relative à l’exploitation animale

Le Kopi luwak est un café obtenu par le biais de cerises de caféier préalablement digérées par un animal dont c’est la vocation : la civette asiatique. Cependant, un changement du mode de production a entrainé une exploitation intensive de ces animaux.

Jusqu’à il y a peu, les excréments de la civette asiatique (ou Luwak) étaient récupérés directement en forêt. Cependant, certains producteurs se sont lancés dans une exploitation intensive, entrainant toute la filière avec eux. Désormais, les civettes asiatiques sont capturées et gardées dans des fermes, où elles sont directement nourries dans des cages individuelles. Ainsi, leurs excréments sont produits sur place, faisant gagner un temps considérable aux exploitants, augmentant au passage les rendements.

P2040318

Le Kopi luwak, produit essentiellement en Indonésie (Sumatra, Java, Bali, Sulawesi), aux Philippines ainsi que dans le Timor oriental, est également le café le plus cher au monde, puisque son prix au kilogramme oscille entre 200 et 400 dollars. Certains consommateurs sont prêts à payer 50 dollars pour en boire une simple tasse.

Les amateurs apprécient son côté peu amer et ses notes rappelant le caramel et le chocolat. Ces caractéristiques gustatives sont directement le fait de la digestion des cerises de caféier par les civettes asiatiques, provoquant un début de fermentation.

Kopi_luwak_090910-0075_lamb

Il était donc possible de croire, pour un tel café d’exception, à la pérennisation des modes de production respectueux de ces animaux sauvages. Malheureusement, la belle histoire a pris fin. Le nouveau processus de production du Kopi luwak ne prend désormais plus du tout soin de l’animal, qui est donc passé de l’état sauvage à l’état captif. Ce changement d’orientation serait directement lié à la mondialisation, puisque ce café est de plus en plus consommé, donc réclamé.

Cela fait penser aux poules gardées en batterie, ou encore aux visons élevés pour leur fourrure, deux ressources dont les processus ont muté pour plus de rendement, alors qu’auparavant le respect de l’animal passait avant le profit.

Voici une vidéo publiée en 2013 par la célèbre association PETA :

Sources : SlateMr Mondialisation

Crédit photos : Ubin Volunteers

Notez cet article