in

Cette fichée S possédait les noms de 2600 agents du renseignement français. Effrayant !

Crédits : iStock

L’enquête sur la mort du policier et de sa femme dans leur pavillon des Yvelines en juin 2016 se poursuit et a connu un récent rebondissement. Six personnes viennent d’être placées en garde à vue, dont Maryline B., major de police des Yvelines âgée de 48 ans.

Le 13 juin 2016, Larossi Abballa assassine les policiers Jean-Baptiste Salvaing et son épouse Jessica Scheinder. Les enquêteurs cherchent à savoir si l’assassin, qui affirme avoir agi au nom de l’État Islamique, a choisi ses victimes par hasard ou s’il avait des informations sur ces dernières.

Il y a quelques jours, six personnes ont été placées en garde à vue (trois hommes et trois femmes). Parmi ces dernières, nous trouvons Marilyn B, 48 ans, major de police des Yvelines et ancienne déléguée du syndicat Alliance Police nationale. Celle-ci aurait hébergé une amie de sa fille qui était radicalisée et fichée S. Selon L’Express, Marilyn B. ignorait que cette jeune femme, nommée Mina.B, avait des liens avec Daech, alors que les deux enfants de la policière font également partie des prévenus, car ceux-ci étaient également radicalisés.

Il se pourrait donc que les informations concernant le couple de policiers assassinés aient fuité de l’intérieur, puisque de par son activité syndicale Marylin B. gardait à son domicile des informations personnelles de policiers. Évoquons également que Mina B., la jeune fichée S faisant également partie des prévenus, avait un frère proche de Larossi Abballa, qui a lui aussi été entendu par les policiers.

Crédits : Wikipédia

Alors qu’une garde à vue a été levée, à savoir celle d’un homme qui n’avait aucun lien ni avec la famille de Mina B. ni avec celle de Marylin B., les cinq autres ont été prolongées. Il faut savoir que Mina B. était déjà en détention provisoire au sujet d’une clé USB qu’elle détenait, retrouvée lors d’une perquisition en 2017. Les enquêteurs y avaient découvert des liens entre la jeune femme et des contacts de Daech en Irak et en Syrie. De plus, selon Le Point, Marylin B., avait en sa possession un fichier contenant une liste de 2626 agents du renseignement datant de 2008.

Sources : Le ProgrèsL’ExpressLe Point

Cette fichée S possédait les noms de 2600 agents du renseignement français. Effrayant !
Notez cette actu