in ,

Les aliments ultra-transformés pointés (à nouveau) du doigt !

Crédits : Pxhere

Une étude parue dans la revue américaine JAMA Internal Medecine établit un lien entre les aliments ultra-transformés et le risque de mourir prématurément en France. Cette étude bien que parue dans une revue américaine est dirigée par des chercheurs travaillant à l’Université de Paris 13 et au Département de la Santé publique, ce qui explique qu’elle ait eu lieu en France.

Qu’est-ce qu’un aliment ultra-transformé ?

Les aliments ultra-transformés représentent une famille d’aliments selon la classification internationale NOVA. Ce qui va principalement différencier un aliment transformé d’un aliment ultra-transformé, ce sont les méthodes de fabrication. En effet, un aliment ultra-transformé provient du monde industriel, il est fait à partir de produits auxquels seuls, ou principalement, les industriels ont accès. De plus, il peut contenir des additifs comme des arômes pour imiter une nourriture moins “chimique”.

Cependant, il ne faut pas confondre la notion de bio avec le niveau de transformation. Un aliment peut-être à la fois bio et ultra-transformé (cela reste très rare). Bien sûr, la majorité des aliments ultra-transformés sont des snacks, des desserts ou des plats préparés. D’ailleurs, ne vous trompez pas, la majorité de l’offre de votre supermarché est constituée d’aliments ultra-transformés.

Voici une liste non exhaustive de produits pouvant rentrer dans cette catégorie :

  • les cordons bleus
  • les biscuits
  • les confiseries
  • les sodas
  • etc.

Même si la notion d’aliments ultra-transformés est récente (l’un des premiers ouvrages sur le sujet date de 2015 : Introduction to the US Food System: Public Health, Environment, and Equity), plusieurs scandales ont déjà mis en cause de grands groupes comme Danone. En effet, en juillet 2018, des représentants du groupe devaient se rendre devant une commission d’enquête pour répondre du scandale soulevé par 60 millions de consommateurs au sujet de la présence de sucres et de graisses parfois cachés.

poivrons produits chimique aliments ultra transformes
Crédits : Pxhere

Le lien “aliments ultra-transformés” et “mortalité prématurée” mis en avant par l’étude

Dans un premier temps, il faut savoir que l’étude a été menée sur un échantillon de 44 551 Français de 45 ans ou plus, la moyenne d’âge était de 56,7 ans. De plus, il était composé à majorité de femmes (environ 73 %). Les participants ont commencé l’étude en mai 2009 pour la finir en décembre 2017, soit un peu plus de 7 ans. Durant cette période, il y a eu 602 décès chez les participants, dont 219 à cause d’un cancer.

Les données ont alors révélé aux scientifiques que les aliments ultra-transformés représentaient en moyenne 14,4 % du poids total de nourriture ingéré et 29,1 % des apports en énergie. En prenant en compte ces faits, les scientifiques sont arrivés à la conclusion suivante : ” Dans cette étude portant sur 44 551 Français adultes âgés de 45 ans et plus, une augmentation de 10% de la proportion de consommation d’aliments ultra-transformés était associée de manière statistiquement significative à un risque plus élevé de 14 % de mortalité toutes causes confondues.” (NDLR : la conclusion de l’étude a été traduite le plus littéralement possible, vous pourrez trouver la version originale en anglais dans les sources).

Si vous souhaitez vous renseigner davantage sur les aliments ultra-transformés, vous pouvez retrouver notamment deux livres parlant du sujet :

Intervention Introduction to the US Food System: Public Health, Environment, and EquityRoni Neff aux éditions John Wiley & Sons, 2014

Halte aux aliments ultra transformés ! Mangeons vrai Anthony Fardet aux éditions Thierry Souccar, 2017

Sources : L’Obs, JAMA Internal Medicine

Vous aimerez aussi :

Les aliments ultra-transformés pointés (à nouveau) du doigt !
noté 5 - 1 vote[s]