in

Le Flygskam, cette “honte de prendre l’avion” qui se développe en Europe

Crédits : iStock

 

Méconnu en France, ce sentiment connaît un certain engouement dans les pays scandinaves, plus particulièrement en Suède. En effet, de nombreux citoyens préfèrent désormais, par souci de protection de l’environnement,  accumuler des heures de train pour voyage plutôt que de prendre l’avion.

Un sentiment qui prend de l’ampleur

Le terme “flygskam” signifie en suédois “la honte de l’air” ou plutôt, la honte de prendre l’avion. Ce mouvement est né en Suède, un pays qui de par sa position géographique implique aux voyageurs de prendre très souvent l’avion. En effet, les Suédois prennent cinq fois plus l’avion que la moyenne mondiale. Par souci écologique, de plus en plus de personnes n’hésitent donc pas à s’infliger un nombre parfois incroyable d’heures de train !

Dans un article publié dans Le Figaro le 7 avril 2019 a été relatée l’histoire d’un homme travaillant dans la capitale suédoise Stockholm. Celui-ci n’hésite pas à effectuer pratiquement une quarantaine d’heures de train afin de regagner son domicile à Turin (Italie). À Helsinsborg, dans le sud de la Suède, une salle de concert a même commencé à refuser d’accueillir les artistes qui voyageraient en avion.

Crédits : Pixabay

Le gouvernement agit en conséquence

Prendre le train plutôt que l’avion serait source de “trainBrag”, c’est-à-dire la fierté de prendre le train. Ce mouvement écologique se développe progressivement en Europe et aurait même pénétré nos frontières dans une mesure certes moindre. Face à cet engouement dont les sources remonteraient à une dizaine d’années, le gouvernement suédois a réagi. En effet, les trains de nuit du pays ont été rétablis !

Le quotidien suisse Le Temps a pour sa part évoqué le fait que les effets du flygskam n’étaient pas encore réellement mesurables, bien que l’économie de CO2 semble ne faire aucun doute. Le média explique également que le flygskam a tout pour se développer en Europe et donne l’exemple de l’Interrail. Issu de la collaboration de nombreuses compagnies nationales, il s’agit d’un abonnement unique permettant de voyager dans une trentaine de pays européens.

En 2017, nous avions évoqué une étude ayant conclu que prendre le train plutôt que l’avion permettrait d’économiser des dizaines de litres de carburant entre plusieurs villes d’Europe occidentale. Le fait de prendre le train donner également la possibilité de gagner en moyenne une heure par trajet et d’éviter les files d’attente et les dispositifs de sécurité aux aéroports.

Sources : Le Figaro – RTL

Articles liés :

Et si nous taxions le kérosène des avions en France ?

Vous voulez sauver l’environnement ? Arrêtez de prendre l’avion, disent les experts

Avion ou automobile : à qui revient la palme de la pollution ?

Le Flygskam, cette “honte de prendre l’avion” qui se développe en Europe
noté 5 - 1 vote[s]