in ,

Un étudiant islandais invente un nouveau type de bouteille d’eau biodégradable

Une bouteille d’un nouveau genre a été fabriquée par un étudiant passionné par la création et sensibilisé à l’écologie. Pourquoi ne pas remplacer toutes nos bouteilles plastiques par d’autres de ce genre, obtenues à base d’algues ?

Cette initiative écologique est à mettre à l’actif d’un certain Ari Jonsson, étudiant à l’académie des Arts de Reykjavik (Islande). Partant du juste constat que nos déchets plastiques sont un réel problème récurrent et dont le processus de dégradation est long, Ari Jonsson a tenté avec succès de fabriquer une bouteille biodégradable.

algae-water-bottle-by-ari-jonsson_dezeen_936_0

De nombreux matériaux ont été testés, leurs forces et faiblesses évaluées, mais l’étudiant a fixé son choix sur un composé plutôt inattendu : les algues, plus précisément l’agar-agar en poudre, un produit gélifiant au contact de l’eau, découvert au Japon en 1658 et souvent utilisé en cuisine.

Ari Jonsson a obtenu sa bouteille en chauffant de l’agar-agar gélifié et en le plaçant dans un moule qui lui a donné la forme souhaitée. Le moule en question avait été préalablement mis dans un congélateur. La bouteille en agar-agar solide est alors sortie du moule après que ce dernier eut été plongé dans un seau d’eau glacée.

algae-water-bottle-by-ari-jonsson_dezeen_936_1

La caractéristique la plus intéressante, à savoir sa biodégradabilité rapide, est également un petit défaut pour ceux qui désirent transporter la bouteille. En effet, celle-ci conserve sa forme originelle tant qu’elle se trouve pleine, mais lorsque l’on commence à la vider, elle se dégrade plutôt rapidement. Cependant, pour les boissons que l’on consomme vite, d’une traite par exemple, cela s’avère être une qualité hors du commun pour un usage unique et rapide.

algae-water-bottle-by-ari-jonsson_dezeen_936_2

Ari Jónsson indique également que l’eau présente dans la bouteille pourrait, dans le cas où elle n’est pas consommée tout de suite après remplissage, prendre le gout naturel du contenant, et que ceux qui aimeraient ce gout pourront même croquer dans la bouteille. Peut-être avons nous là une solution aux bouteilles plastiques, mais les industriels peuvent-ils vraiment s’y intéresser ?

Sources : Mr MondialisationFredZoneL’ADN

Crédit photos : Dezeen