in

Ils créent un nouveau dispositif pour aider les femmes qui ont leurs règles dans les pays pauvres

Des étudiants de l’Art Center College of Design en Californie viennent de développer un dispositif simple et peu coûteux permettant aux femmes vivant dans les pays les plus pauvres de laver leurs serviettes hygiéniques réutilisables rapidement, efficacement, mais également discrètement.

Pour les femmes vivant dans les pays à faible revenu, la pire partie de la menstruation n’a rien à voir avec les ballonnements ou les crampes. En Éthiopie par exemple, elles lavent leurs serviettes dans l’eau des puits sans utiliser de savon et les cachent sous leur lit pour les porter à nouveau le lendemain. Dans certaines parties du monde où les familles ne peuvent se permettre d’acheter des serviettes hygiéniques jetables et où la stigmatisation autour des menstruations est profonde, les femmes utilisent souvent des moyens discrets et insalubres pour laver et sécher leurs tampons, fabriqués à partir de chiffons. Souvent, le manque d’accès aux produits sanitaires et la crainte de fuites obligent les filles à abandonner l’école durant cette période.

Cependant, la situation pourrait rapidement changer grâce à ces étudiants de l’Art Center College of Design. En effet, ils viennent de présenter Flo, un dispositif simple et à faible coût qui permet de laver et sécher les serviettes hygiéniques réutilisables.

Voici comment fonctionne Flo. Il est composé de deux bols, d’un panier, et d’une ficelle. L’utilisatrice fera tourner le panier, à l’intérieur duquel seront placés les serviettes, à l’aide des ficelles. L’action de rotation à l’intérieur de l’appareil permet de laver les serviettes et de réduire le temps de séchage. La ficelle et le panier peuvent également être retirés et utilisés pour suspendre le linge mouillé. Il est important de sécher le linge au soleil, car cela aide à tuer les bactéries, selon les concepteurs. Souvent, les filles dans les pays pauvres cachent les serviettes sous leur lit pour les faire sécher. Au lieu de cela, les concepteurs leur conseillent d’attacher un chiffon de toile de jute autour du panier suspendu pour assurer la confidentialité.

Capture d’écran 2015-09-20 à 10.34.05

Les prototypes — huit en tout — ont été testés avec ketchup, de la sauce soja et du sang d’animaux. Selon les concepteurs, Flo utilise moitié moins d’eau et de détergent qu’un lavage manuel. Le kit contient également une poche zippée qui permettra aux adolescentes de stocker leurs tampons au cours de leur journée d’école.

Les jeunes designers travaillent actuellement à faire de Flo une réalité pour des millions de femmes à travers le monde et devrait être vendu autour de 3 $.

Source : Huffington Post