in

Cette ville transforme les masques usagés en règles pour les écoliers

Crédits : Mairie de Saint Jory

Une commune du sud-ouest a eu une idée pour valoriser les masques de protection respiratoire usagés. Elle les a tout simplement collectés, puis transformés en règles, équerres et rapporteurs pour équiper les écoliers. Cette initiative est bienvenue à l’heure où les masques représentent un véritable danger pour l’environnement.

20 000 masques recyclés

Depuis le début de l’épidémie en février 2020, les masques chirurgicaux sont devenus une importante source de pollution. Avec une masse de seulement 3,5 g, chacun d’entre eux semble insignifiant. Néanmoins, l’humanité jette plus de cent milliards de masques par mois, soit quasiment trois millions par minute ! En Europe, la Fondation Tara avait fait un constat édifiant durant l’été 2020 : les masques jetables (et les gants) polluent les fleuves, avec un risque de fragmentation de leurs matériaux, dont le polypropylène, un dérivé du pétrole.

Dans un article du 1er août 2021, France 3 régions relatait toutefois une belle histoire. La ville de Saint-Jory (Haute-Garonne) au nord de Toulouse a en effet récupéré pas moins de 20 000 masques usagés qu’elle a ensuite recyclés et transformés en règles, équerres et rapporteurs afin d’en équiper 300 écoliers locaux. Il s’agit évidemment d’un formidable exemple de revalorisation d’un type de déchets qui inquiète à différents égards.

règles recyclage masques
Crédits : Mairie de Saint Jory

Le maire de la ville Thierry Fourcassier a d’ailleurs expliqué la motivation principale de cette opération : “Avant nous avions les sachets de Mac Do que nous retrouvions n’importe où. Ils ont été remplacés par les masques chirurgicaux, notamment à la sortie des supermarchés où les clients une fois leurs courses faites, rangent leur caddie et jettent leurs masques par terre sans se poser de questions.”

Une opération ayant aussi une portée pédagogique

Le maire de la ville s’est adressé à Plaxtil, une société basée à Châtellerault (Vienne), spécialisée dans le recyclage des masques chirurgicaux. Cette entreprise récupère le plastique des masques pour en faire des cendriers de plage, des cintres ou encore des règles, équerres et rapporteurs. Également professeur de physique-chimie, Thierry Fourcassier a donc opté pour la fabrication d’un kit scolaire qui sera distribué gratuitement aux élèves de CM1 et CM2 de la commune.

Il estime que cette opération est aussi utile sur le plan environnemental que pédagogique. Il s’agit effectivement d’un moyen intéressant de sensibiliser les jeunes aux questions touchant à l’environnement et au recyclage. Si l’opération a un coût (4 200 euros), le maire ne souhaite pas s’arrêter en si bon chemin. Toujours avec Plaxtil, d’autres masques seront récoltés pour fabriquer des cintres pour les écoles maternelles et des cendriers à distribuer sur les plages.