in ,

Pourquoi McDonald’s est ciblé par une campagne de boycott en France

Crédits : iStock

Dans notre pays, certaines personnes viennent de lancer une campagne de boycott contre la célèbre enseigne américaine de fast-food. La raison ne se trouve pas vraiment dans les dérives liées à l’obésité mais dans le montage financier de l’enseigne, se rendant coupable d’optimisation fiscale afin de payer moins d’impôts.

L’enseigne est tout d’abord connue, comme toute société commercialisant de la junk food, pour ses impacts sur la santé en favorisant l’obésité de ses clients. Également, ses méthodes de production sont parfois pointées du doigt. Rien que cette année, l’Inde a prévu de fermer 40 % des restaurants de la marque, et a disparu de la ville de Venise. D’ailleurs, McDonald’s est absent dans un nombre conséquent de pays tels que le Ghana, le Cambodge, l’Islande, la Bolivie, la Jamaïque, l’Iran, ou encore le Monténégro.

Cependant, lorsque ce géant du fast food se rend coupable d’optimisation fiscale, à ne pas confondre avec l’évasion fiscale, le manque à gagner est énorme pour les états, autant d’argent qui n’alimentera pas les fonds publics liés à la santé, l’éducation ou encore la sécurité.

La plateforme i-boycott, ayant lancé la campagne de boycott contre McDonald’s, a également élaboré une vidéo visible sur sa page Facebook et en fin d’article.

« McDonald’s aurait économisé environ 1 050 millions d’euros entre 2009 et 2013 au sein de l’Union européenne » peut-on lire sur la page de la campagne.

Pour ce qui est de la France, i-boycott indique comment l’enseigne profite de certaines aides de l’état ou encore des aides fiscales du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Il est également question d’une concurrence faussée par rapport aux entreprises locales, ces dernières payant 33,5 % d’impôts. Selon i-boycott, « l’État français perd 60 milliards d’euros de recette fiscale » chaque année et il serait temps que cela cesse !

Sources : PositivRi-Boycott