in

De vieilles batteries d’ordinateurs portables pour alimenter les bidonvilles

L’Inde est un pays avec immense problème de pauvreté. Dans ses bidonvilles, l’électricité reste une denrée rare, elle n’est disponible que quelques heures par jour et 400 millions d’Indiens ne sont pas connectés au réseau.

En testant les batteries jetées en fin de vie, des chercheurs d’IBM ont déterminé qu’elles ont en moyenne 70 % de leur capacité d’origine, et peuvent être réutilisées comme source bon marché de courant portable, pour l’éclairage ou la recharge d’appareils mobiles. Ils ont donc créé un prototype, appelé UrJar, qu’ils ont testé dans les bidonvilles de la ville de Bangalore.

À un prix de 6 euros, ce petit appareil est capable d’alimenter une LED pendant deux à trois jours, et a été assez bien reçu par les participants auxquels il a été donné en test, tout particulièrement par les vendeurs de rue, qui dépendent de la lumière pour continuer leur activité après le coucher du soleil.

Les batteries qui alimentent ces petits appareils sont des cellules de batteries d’ordinateurs portables, qui sont jetés par millions dans les pays riches, et de plus en plus par l’industrie informatique indienne qui produit 30 tonnes de déchets de ce type chaque jour.

_79536035_bb264b4f-ce7b-4667-bdb1-cc8acd80b7ec

Alban Ceau

Source : BBC

– Illustration : Un bidonville au Nigeria