in

Les 4 indicateurs inquiétants sur le changement climatique

Crédits : William Bossen / Unsplash

Chaque année, un bilan est fait par l’Organisation Météorologique mondiale (OMM) sur le changement climatique pour nous avertir de l’état de la planète. Cette fois-ci, l’OMM révèle quatre indicateurs qui sont assez inquiétants. En effet, en 2021, on recense une forte concentration de gaz à effet de serre, une élévation du niveau de la mer, le réchauffement et l’acidification des océans…

Notons le fait que l’activité humaine est à l’origine de tous ces changements qu’endure la planète. Que ça soit dans l’atmosphère, dans l’air ou dans l’océan, notre mode de vie impacte énormément la Terre. Chaque année, son état empire et le changement climatique est devenu un des sujets principaux au sein de débats politiques. 

Le gaz à effet de serre responsable du changement climatique

Selon l’OMM, la concentration du gaz à effet de serre a encore atteint un record en 2021. Or, plus ces gaz sont présents dans l’atmosphère, plus ils contribuent au réchauffement climatique. La concentration de CO2, qui est l’un des principaux gaz à effet de serre, a ainsi presque doublé en dix ans : “le forçage radiatif causé par les gaz à effet de serre […] s’est accru de 47 % entre 1990 et 2020.”, peut-on lire sur ONU Info. Par ailleurs, le CO2 émis dans l’atmosphère est de moins en moins absorbé par l’écosystème, ce qui impacte également ce pourcentage très élevé. L’un des enjeux de certains pays est donc de réduire leurs émissions de CO2 en changeant leurs habitudes (transport, consommation et mode de vie).

changement climatique
Crédits : Chris LeBoutillier / Unsplash

Montée des eaux

Cela fait un moment que l’on nous alerte sur la montée du niveau de la mer qui est causée par la fonte des glaces. Celle-ci est elle-même provoquée par le réchauffement climatique généré par l’émission de gaz à effet de serre. On constate ainsi que plus de 28 000 tonnes de glaces ont fondu en seulement vingt ans ! En outre, cette glace a du mal à se reformer en hiver à cause du réchauffement climatique.

Par ailleurs, l’augmentation du niveau de la mer n’a pas seulement des répercussions sur les courants océaniques, mais aussi sur les êtres vivants qui habitent la planète. Ce phénomène conduit en effet à la destruction des habitats des animaux comme ceux des ours polaires ou encore des oiseaux marins. Cela augmente également les risques d’inondations dans certains pays, entraînant des conséquences dramatiques telles que la perte d’habitations ou un fort bilan humain. Ce sont les glaces terrestres qui sont concernées par cette fonte de glace. Ces glaciers représentent en outre une très grande partie des réserves d’eau douce sur cette planète et ils sont donc nécessaires pour l’hydratation de l’espèce humaine. Sauf qu’une fois fondue, cette eau se mélange à l’eau de la mer. Elle n’est alors plus consommable.

Réchauffement des océans

La vague de chaleur due au réchauffement climatique ne concerne pas uniquement la surface terrestre. En effet, on constate une augmentation des températures au sein des océans à plus de 2000 m de profondeur.

Ce réchauffement des océans a un lien avec la fonte des glaces. En effet, il faut savoir qu’à la base les glaciers absorbent les rayons du Soleil qui permettent de garder la fraîcheur des océans. Néanmoins, à cause de la fonte des glaces, les glaciers absorbent beaucoup moins les rayons du soleil. Cela entraîne alors le réchauffement des océans ainsi que la fonte des glaciers marins par la même occasion. Les gaz à effet de serre dus à l’activité humaine sont tout autant responsables. En réchauffant l’atmosphère, ces gaz chauffent également les océans.

Acidification des océans

L’OMM révèle également une acidification des océans due au CO2 produit par les humains. Cette baisse du pH de l’eau de la mer est en effet causée par l’absorption du dioxyde de carbone par cette dernière. L’activité humaine, dont l’activité agricole, est la principale responsable de ces changements qui ont un réel impact sur la vie sous-marine. En effet, les poissons sont perturbés par l’augmentation du CO2 dans les eaux, ce qui va alors affecter leur odorat et leur comportement. Ainsi, au lieu de dépenser leur énergie en faveur de leur cycle biologique (croissance ou reproduction), ils l’utilisent pour limiter la présence de composés chimiques dans leurs cellules.

manifestation
Crédits : dmncwndrlch / Pixabay

Ces quatre indicateurs nous montrent les conséquences graves d’une importante activité humaine. Des émissions de gaz à effet de serre découle le réchauffement climatique, mais aussi la fonte des glaces ainsi que le réchauffement des océans et l’acidification de l’eau de la mer. Il s’agit ainsi d’un cercle vicieux !