in

La grasse matinée peut avoir des effets néfastes sur la santé

Crédits : tommaso79 / iStock

On le sait : dormir en quantité insuffisante peut nuire à la santé. Néanmoins, une étude a démontré que le sommeil irrégulier pouvait également avoir des effets néfastes. Les auteurs de cette recherche avaient pour objectif de mettre en garde les adeptes des grasses matinées le week-end.

Attention aux irrégularités entre les nuits de sommeil

En 2019, Santé Publique France avait publié les résultats d’une étude sur le sommeil des Français. Elle a révélé que les 18-75 ans dorment 6h45 par nuit la semaine en moyenne et 7h12 le week-end et les jours de repos. Les auteurs de l’étude ont également affirmé que plus d’un tiers des Français (35,9%) dorment moins de 6 heures par nuit. Rappelons tout de même que dormir en quantité insuffisante peut être néfaste pour la santé en favorisant l’apparition de maladies telles que le diabète et le surpoids. En revanche, trop dormir n’est pas non plus sans conséquence dans certaines circonstances.

Une étude de l’Université d’Arizona publiée en 2017 s’est en effet intéressée aux personnes tentant de compenser de courtes nuits la semaine par des grasses matinées durant le week-end. Les chercheurs ont mené leur étude sur 984 adultes dont l’âge se situe entre 22 et 60 ans. Ces volontaires ont répondu à diverses questions portant sur leur état de santé général et leurs habitudes de sommeil. En considérant ces données, les auteurs de l’étude ont conclu que des durées de sommeil irrégulières pouvaient avoir un effet de « jetlag social » sur l’organisme. Ce terme est relatif au fait de dormir plus longtemps le week-end et pendant les autres jours de repos afin de tenter de compenser des nuits plus courtes durant la semaine.

dormir
Crédits : Capuski / iStock

Quels risques pour la santé ?

Ce jetlag social pourrait avoir des effets indésirables sur la santé. Les scientifiques ont évoqué un risque accru de 11 % quant à l’apparition de maladies cardiovasculaires. Il est également question de changements de rythme de somnolence qui seraient source de stress pour l’organisme, autant que les effets psychologiques d’un aller-retour Paris-New-York en un week-end.

Par ailleurs, une irrégularité trop importante entre les durées de sommeil la semaine et le week-end peut favoriser l’irritabilité, la fatigue ainsi que le manque de concentration. À plus long terme, les individus peuvent subir des troubles du métabolisme et souffrir de dépression.

Enfin, l’étude insiste bien sur le fait que trop dormir le week-end n’est pas le problème, mais que ce sont les irrégularités des durées de sommeil entre les nuits de la semaine et celles du week-end qui peuvent être néfastes.