in

Comment des lucioles ont permis de sauver plus de 600 hectares de forêt au Mexique !

Les habitants d’un petit village situé à 50 kilomètres à l’est de Mexico ont préservé 630 hectares de forêt en créant un sanctuaire pour lucioles. Une belle histoire à ne surtout pas passer sous silence !

Les lucioles, c’est joli ! Mais cette sorte de coléoptères a récemment contribué à sauver des centaines d’hectares de forêt, ce qui lui confère encore plus de qualités. Les habitants du village mexicain de Piedra Canteada ont eu l’idée de leur offrir un endroit où elles pourront continuer à vivre en paix. Cette initiative a eu un double effet bénéfique : le ralentissement de la déforestation ainsi que la relance du tourisme local.

“Le nombre de lucioles que vous voyez là-bas est impressionnant. Ce que je trouve particulièrement impressionnant, c’est leur synchronisme : cette capacité de s’allumer puis de s’éteindre, c’est vraiment spectaculaire. C’est comme si c’était Noël dans la forêt” indique un touriste mexicain, des propos recueillis par The Guardian.

Cette communauté villageoise dépendait encore il y a peu de l’industrie du bois pour subsister. En 1990, leur chef répondant au nom de Genaro Rueda Lopez, avait déjà proposé de se reconvertir dans le tourisme. Ainsi, des campings ont été créés, mais l’activité ne décollait pas. En 2011, les locaux ont compris que la période juin-juillet attirait des millions de lucioles chaque année, et que ce phénomène pouvait devenir une véritable attraction touristique.

La déforestation était une sérieuse menace pour les lucioles, qui risquaient de s’éteindre. Désormais, Piedra Canteada est un parc naturel protégé par une coopérative agricole dirigée par 42 familles du village. L’activité touristique est alors repartie de plus belle, comme en témoigne le taux de remplissage des campings, auparavant délaissés par les touristes.

Grâce aux lucioles, la zone offre un cadre magique, idéal pour des vacances en famille ou à caractère romantique. Les villageois ne vivent plus vraiment de l’industrie du bois, réduisant de 70% leur production, tandis qu’ils entretiennent la forêt en éliminant les parties sèches ou malades. Ils pratiquent également la méthode “un arbre replanté pour un arbre abattu”, et n’utilisent aucun produit chimique afin de ne pas impacter les lucioles.

Il s’agit d’une bonne nouvelle qui mérite d’être prise comme exemple. En effet, près de 2000 espèces de lucioles sont menacées d’extinction à cause du cocktail “déforestation-croissance urbaine”.

Sources : The GuardianPositivR8e Etage

Crédit photos : Rodd Lucier sur Flickr