in

Des militants en pyjama contre la suppression des trains de nuit

Une coalition a manifesté dans les villes d’Europe touchées par la suppression des trains de nuit, véritable toile liant les grands foyers urbains de notre continent. L’Alter JT s’est rendu à Paris, Gare de l’Est.

« On supprime des lignes assez structurantes entre les capitales européennes, comme le Paris-Berlin, comme le Copenhague-Bâle […] des trains qui permettaient de traverser sur de longues distances les pays européens… » explique une jeune activiste interrogée par l’Alter JT du 30 juin 2015 à la Gare de l’Est à Paris, quai N°7, où le trajet Paris-Berlin a été remplacé par un train moscovite.

La campagne européenne Back On Track a mobilisé au même moment des militants à Paris mais également à Berne, Berlin ou encore Copenhague. Les participants se sont donc rendus dans les gares en pyjama, dans le but de manifester leur mécontentement quant aux suppressions de lignes ferroviaires de nuit.

Quant à la SNCF, elle s’est engagée sur le terrain du climat en aménageant un train dans le but d’y organiser une exposition. Cette dernière a dévoilé des informations scientifiques sur le climat, proposé des échanges entre le public, les scientifiques et les décideurs. Promotionner le train pour son aptitude à polluer moins que l’avion ou la voiture (pour un même trajet) est louable, mais le réel problème se trouve ailleurs.

Les trains Intercités de nuit, outre un confort de sommeil aléatoire, comportaient quelques avantages pour les usagers. En effet, ces trains facilitant la jonction des grandes villes européennes, permettaient des trajets longue distance avec la possibilité de dormir et donc de moins sentir la durée du voyage, permettant au passage d’économiser une chambre d’hôtel.

Un rapport de la Cour des Comptes publié en février 2015 indique qu’il est préférable d’interrompre le processus de réduction des train Intercités, actuellement en cours au profit du TGV. L’avion semble être aujourd’hui la meilleure façon de rejoindre les différentes grandes villes européennes, tant les lignes de train ne sont pas fonctionnelles, accusant, pour un second interrogé, une ou plusieurs correspondances désagréables sur de telles distances.

De plus, la suppression progressive d’autres trains tels que les trains corail ou les trains équilibre territoire (TET), en plus des trains de nuit, favorise le développement des autocars et des compagnies aériennes low-coast.

Sources : Alter JTThe GuardianLibération

– Illustration : Back on track