Quand le « bien vieillir à domicile » coûte de plus en plus cher

retraités
Crédits : Ljupco / iStock

Les dépenses pour les seniors ont augmenté entre 2020 et 2021. Vivre dans de bonnes conditions à domicile représente de plus en plus un véritable défi pour les personnes âgées, alors que ces dernières sont une immense majorité à désirer vivre le plus longtemps possible chez elles.

Une augmentation de 3,49 %

Pour la deuxième année de suite, le site d’informations Retraite.com et le groupement d’entreprises pour les seniors Silver Alliance ont publié leur baromètre « Combien ça coûte d’être vieux en France ? » le 22 novembre 2021. Dans le cadre de ces travaux, pas moins de 25 produits et services ont été pris en compte. En voici une liste non exhaustive : mutuelle, optique, appareillage auditif, aide à domicile ou encore, achat d’un fauteuil adapté. L’objectif de ce baromètre est simple : calculer le prix du « bien vieillir à domicile » à différents âges – 65 ans, 75 ans et plus de 85 ans. L’étude a intégré l’analyse de plus de 250 devis milieu et haut de gamme répondant aux besoins des retraités suivant leurs niveaux de revenus.

Aujourd’hui, environ 720 000 personnes âgées vivent dans un établissement d’hébergement spécifique en France. Selon l’Observatoire des Seniors, ces chiffres représentent seulement 2 % des 65 et 79 ans et 13 % des plus de 85 ans. Ceci est d’ailleurs tout à fait logique dans la mesure où plus de 85 % des retraités désirent vivre le plus longtemps à leur domicile. Or, le coût du bien vieillir à domicile a augmenté de 3,49 % entre 2020 et 2021, passant de 12 514 euros par an à 13 078 euros par an.

Vieillir dans de bonnes conditions

En revanche, des nuances sont à souligner suivant l’âge et les services. En effet, les seniors de la tranche d’âge 65-75 ans ont subi une hausse très faible (voir négative pour certains) concernant principalement les frais de santé – mutuelle, optique et dentaire. Toutefois, ceci est souvent gommé par une prise en charge complète des appareils auditifs, ce qui a finalement fait gagner un peu de pouvoir d’achat à bon nombre de ces « nouveaux retraités ».

En revanche, tout semble se compliquer avec l’âge et le degré de dépendance. Ainsi, les 75 et 85 ans doivent cumuler les frais de santé aux frais de services à domicile ainsi qu’au matériel médical et de confort ayant subi une augmentation de 10 %. Or, lorsque l’on connaît le prix d’un monte escalier, d’un fauteuil adapté, d’une canne etc., il est tout bonnement impossible de minimiser cette augmentation.

monte escalier
Crédits : Daisy-Daisy / iStock

Le coût du bien vieillir chez soi a également impacté les plus de 85 ans. Pour ces personnes, la dépendance et l’accès à des soins d’accompagnement – services à domicile, garde de nuit – devient le premier poste de dépenses. Or, les coûts ont subi une augmentation de 5 %. Évoquons également la disparition de la prime d’Action Logement qui auparavant, permettait notamment à ces seniors de bénéficier d’une aide de 150€ par mois pour payer leur loyer.

Enfin, si 85 % des seniors français désirent vivre le plus longtemps à leur domicile, la raison est évidente. En effet, il s’agit d’éviter ou de retarder la nécessité de souscrire aux services d’un établissement d’hébergement de type Ehpad ou maison de retraite. Toutefois, il faut également savoir que rester chez soi est plus économique que d’occuper une chambre individuelle en Ehpad. Et à l’heure où lutter contre le vieillissement fait toujours l’objet de recherches scientifiques, il incombe que les personnes âgées puissent finir leur vie dans de bonnes conditions.