in

Une série de baskets fabriquée à partir des déchets plastiques des océans

À l’occasion de la journée « Les océans. Climat et vie », organisée ce mardi par l’ONU à New York, aux États unis, la célèbre marque Adidas a présenté un prototype de paire de basket entièrement fabriquée à partir des déchets plastiques qui ont envahi nos océans.

La pollution provoquée par les déchets plastiques des océans est un véritable fléau. Aujourd’hui, la surface des océans est polluée à 88 % de micro-déchets plastiques et au total, ce sont des dizaines de millions de tonnes de plastique qui peuplent les océans de la Terre. L’heure est à la recherche de solutions, et surtout à l’action, à commencer par la validation du projet de nettoyage des océans de ce jeune néerlandais, Boyan Slat.

C’est désormais un géant de l’équipement sportif qui rejoint le mouvement, Adidas, en proposant une première chaussure entièrement tressée à partir de déchets plastiques qui proviennent uniquement des océans. Pour les fabriquer, la marque aux trois bandes s’est associée avec les associations Parley for the oceans et Sea Shepherd, qui s’est chargée de remonter les filets utilisés pour fabriquer la chaussure du fond des océans. « C’était un filet de pêche qui gisait au fond de la mer, susceptible de tuer chaque poisson qui passait par là » explique Cyrill Gutsch, le fondateur de Parley for the Oceans.

« De manière générale, le fait de tisser évite le gaspillage, car on n’a pas besoin de découper des motifs spécifiques, comme pour la majorité des chaussures », selon l’américain Éric Liedtke, directeur de marque chez Adidas. Désormais, c’est à partir de ce genre de matières qu’Adidas fabriquera ses prochains modèles. Des déchets qui, au vu des chiffres, ne manquent clairement pas.

3048033-slide-s-2-adidas-knit-these-sneakers-entirely

Le but ici n’est pas uniquement de recycler du plastique déjà gaspillé, mais de voir plus loin et lutter directement contre le gaspillage. En ce sens, l’association Parley for the oceans, qui intercepte et tente de nettoyer les océans, travaille surtout sur une modification de la matière plastique afin qu’elle ne pollue plus. « Éviter la pollution des océans n’est possible que si nous réinventons la matière. Il nous faut un plastique différent, qui ne cause pas tous ces problèmes. Le plastique est tout sauf naturel et nuit considérablement aux poissons » explique Cyrill Gutsch.

À terme, et si la collection de chaussures est un succès, Adidas envisage très sérieusement d’utiliser le même modèle pour la fabrication de ses vêtements.

Source : fastcoexist