Des puces RFID implantées dans la main des employés d’une société suédoise

Une société suédoise a eu l’idée de proposer à ses employés de se faire implanter une puce RFID sous la peau afin de rendre certaines tâches du quotidien de...
implant-rfid-salariés-epicenter-suède-600x329-2

Une société suédoise a eu l’idée de proposer à ses employés de se faire implanter une puce RFID sous la peau afin de rendre certaines tâches du quotidien de l’entreprise moins fastidieuses. Un acte qui n’est néanmoins pas sans soulever un certain nombre de questions éthiques…

La société Epicenter, située dans la ville de Stockolm, a implanté une puce de la taille d’un grain de riz sous la peau de plus de la moitié de ses salariés. L’intérêt d’un tel procédé ? Pouvoir franchir les portiques de sécurité, faire des photocopies ou bien commander à manger sans avoir à jongler entre ses multiples cartes, badges ou clés. Pour ces employés-là, il suffira en effet d’un simple geste de la main pour que ces tâches soient accomplies grâce à l’identification par radiofréquence (RFID).

« Nous interagissons en permanence avec la technologie. Aujourd’hui, c’est un peu désordonné : nous avons besoin de codes PIN et de mots de passe. Ne serait-il pas plus simple de se contenter d’un geste de la main ? C’est réellement intuitif », a déclaré Hannes Sjoblad, le responsable du projet, relayé par ibtimes.

Les 450 salariés qui se sont rendus volontaires pour tenter l’expérience ont dû se rendre chez un tatoueur spécialisé afin de se faire implanter la puce RFID entre le pouce et l’index. Une intervention courte, mais qui semble néanmoins douloureuse au vu de la vidéo réalisée par la BBC (voir ci-dessous).

À travers cette expérimentation, Epicenter espère bien pouvoir se rendre le plus attractif possible auprès des « entreprises numériques de pointe à forte croissance et [des] entreprises innovantes », comme l’explique Hannes Sjoblad. « Les salariés de l’Epicenter qui ont décidé de remplacer leurs porte-clés par des implants NFC/RFID ont fait un choix personnel. Ils sont peu nombreux, mais d’autres sont en train de les rejoindre ».

Notons par ailleurs que le groupe formé par Hannes Sjoblad, Bionyfiken, effectue des tests depuis l’an dernier sur cette technologie. Son association s’est ainsi fixée comme but de former une communauté d’une centaine de personnes afin d’expérimenter les différentes utilisations possibles des implants RFID/NFC.

Des dérives envisageables

Bien que l’utilisation de puces sous-cutanées à identification par radiofréquence (RFID) puisse offrir de nombreuses applications intéressantes dans l’avenir, elle n’est cependant pas sans susciter certaines inquiétudes, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles. En effet, la possibilité que les informations contenues dans ces implants soient interceptées et détournées par des personnes mal intentionnées n’est pas à prendre à la légère. En septembre 2013, la CNIL avait d’ailleurs déjà émis des réserves concernant les dérives et les impacts multiples que pourraient avoir ces puces sur notre vie privée…

Sources: BBC – JournalduGeek



Dernier sondage :


Vous aimerez aussi