in ,

Des îles artificielles « zéro émission » pourraient voir le jour en Polynésie Française

Crédits : iStock

De passage pour plusieurs jours à Tahiti, l’association The Seasteading Institute a tenté d’expliquer aux Polynésiens son projet de bâtir des îles artificielles, habitations et centres de recherches au cours d’un séminaire.

Entre ce lundi 15 mai et ce jeudi 18 mai 2017, de nombreux spécialistes se sont relayés au cours d’un séminaire organisé à Tahiti pour convaincre la population polynésienne de l’intérêt de bâtir des îles artificielles dans le bassin polynésien. Ces cités flottantes serviraient à la fois d’habitation pour les locaux et de centres de recherches à vocation environnementale.

Fondée dans la Silicon Valley par des libertariens, l’association The Seasteading Institute avait à l’origine pour motivation la création d’îles indépendantes dans un souci de libération des pesanteurs des États. Mais comme l’a déclaré Marc Collins, ambassadeur de Seasteading en Polynésie, relayé par Sciences & Avenir, l’association compte bien « respecter le droit polynésien » tout en bénéficiant d’un statut relatif aux zones franches.

Dans un premier temps, il est question de bâtir une sorte « d’île témoin », un projet pilote « de la taille d’un terrain de football, pour environ 50 millions de dollars ». Avant de lancer la production de cette plateforme modulable, l’association compte obtenir l’adhésion de la population locale.

Cette adhésion des Polynésiens reste loin d’être acquise, ceux-ci montrant des signes d’inquiétudes quant à l’impact environnemental d’un tel projet. Pour répondre à ces craintes, les défenseurs du projet affirment que ces îles seront construites en matériaux recyclables et garanties « zéro émission ». Aussi, ils avancent que ces plateformes assureraient une meilleure surveillance du réchauffement climatique et apporteraient des réponses adaptées à la montée des eaux par le biais des laboratoires posés sur l’océan. Reste à savoir si cela sera suffisant pour convaincre la population polynésienne de lancer la construction d’un tel projet dans son lagon.