in

Vers la fin des animaux de cirque aux États-Unis ?

Crédits : Flickr / DirkJan Ranzijn

L’année dernière, André-Joseph Bouglione, du cirque du même nom, a décidé de ne plus exploiter d’animaux sauvages au sein de son cirque, citant que le bien-être animal était sa priorité. Depuis, plusieurs pays ont suivi son idée en interdisant d’accueillir des cirques qui utilisent des animaux sauvages. L’Italie fait partie des derniers à avoir pris cette décision.

L’avenir des cirques animaliers

En mai 2017, Ringling Bros, Barnum et Bailey a donné sa dernière représentation. Après 146 ans d’expérience, le plus vieux cirque des États-Unis a fermé ses portes. La raison officieuse est la pression exercée par les associations de protection des animaux. Après plusieurs scandales autour du bien-être de ses animaux, le cirque a fini par mettre la clé sous la porte. Bien que certains spectateurs semblaient mécontents de la fermeture de ce dernier, beaucoup d’autres ont trouvé la décision justifiée.

Ringling Bros était l’un des premiers à s’opposer à un projet de loi interdisant les animaux sauvages dans les cirques. Cette mesure a été présentée à plusieurs reprises devant le Congrès, et a été de nouveau proposée deux mois avant la fermeture du cirque par Raul Grijalva, élu démocrate de l’Arizona, et Ryan Costello, élu républicain de Pennsylvanie, ainsi que 22 autres législateurs. Selon Raul Grijalva, « enfermer des animaux exotiques dans le but de divertir est cruel pour les animaux et dangereux pour le public ». Le projet de loi promet ainsi deux options : soit l’utilisation exclusive d’humains pour les cirques restants, soit, pour ceux faisant usage d’animaux, la fermeture totale.

Dans le cas où la réponse est favorable, les États-Unis rejoindront ainsi l’Italie et les 27 autres pays ayant déjà banni les animaux sauvages dans les cirques. Des dizaines de villes et comtés à travers les États-Unis, dont Los Angeles et San Francisco, ont d’ores et déjà établi des interdictions similaires. Il est donc urgent de faire votre demande d’autorisation de séjour sur le site officiel de l’Esta si vous souhaitez assister à l’un des derniers spectacles de cirque animalier aux États-Unis.

Violence et maltraitance ?

De nombreuses questions se posent quant au sort des animaux de cirque. On a entendu parler de barbarie, de cruauté, d’acharnement… La fermeture du plus grand cirque des États-Unis relance une polémique. Les municipalités sont de plus en plus réticentes aux numéros animaliers. Plusieurs questions sont posées, portant sur la santé des bêtes, bien qu’elles soient suivies par des professionnels.

La deuxième, plus fondamentale, est d’essayer de comprendre comment l’être humain est capable d’arriver à faire faire à un animal sauvage quelque chose qui est contre sa nature. Le manque de transparence de la part des cirques au regard de l’attention portée à leurs animaux a longtemps laissé ces questions sans réponses, et aura finalement eu raison d’eux.