in

La polygamie désormais obligatoire en Érythrée ?

Afin de faire face à des problèmes démographiques, ce petit pays de la corne de l’Afrique aurait rendu la polygamie obligatoire. Cette nouvelle s’est répandue dans le pays accompagnée d’un sentiment nuancé, entre excitation et étonnement. Qu’en est-il réellement?

La nouvelle fait le « buzz », une constatation plus qu’une déclaration ironique. En Érythrée, petit pays coincé entre le Soudan et l’Éthiopie, il se dit que la polygamie est devenue obligatoire, contraignant les hommes à se marier avec deux femmes au minimum. Rappelons que dans ce pays, il y aurait environ 50 % de musulmans et 50 % de chrétiens orthodoxes.

Cette mesure aurait été pensée afin de résoudre des soucis démographiques liés à la guerre opposant le pays à l’Éthiopie entre mai 1998 et juin 2000 où des dizaines de milliers de soldats ont péri de chaque côté. Cependant, l’Érythrée étant un petit pays de 4 millions d’habitants, ce dernier a été davantage touché par la mort de tant d’hommes, entrainant un certain déséquilibre homme femme dans la population.

D’où provient cette nouvelle choc ? Selon le média Africa 24 reprenant les propos du site The Whistler basé au Nigeria, des militants pro-gouvernementaux auraient diffusé un mémo annoncé comme provenant du gouvernement érythréen lui-même. Le document aurait été rédigé seulement en arabe et non dans les autres langues officielles du pays : le tigrinya et le tigré, qui représentaient 81 % des locuteurs il y a tout juste 20 ans.

Voici le contenu du prétendu mémo relayé dans certains médias africains (ou dédiés à l’Afrique) :

« Sur la base de la loi de Dieu sur la polygamie, et compte tenu des circonstances dans lesquelles le pays se situe en termes de pénurie d’hommes, le département érythréen des Affaires religieuses a décidé ce qui suit. »

Les hommes semblent clairement menacés…

« Chaque homme doit se marier à au moins deux femmes et les hommes qui refusent de le faire doivent être emprisonnés à vie avec travaux forcés. »

… Mais également les femmes :

« La femme qui tente d’empêcher son mari d’épouser une autre femme sera aussi punie d’emprisonnement à vie. »

En attendant un peu plus de clarté à propos de cette situation en Érythrée, de nombreuses réactions ont agité les réseaux sociaux, provenant principalement du Kenya (au sud de l’Éthiopie), où de nombreux hommes penseraient à changer leur citoyenneté afin de profiter de la mesure érythréenne. Cependant, il est difficile de comprendre les raisons d’un tel engouement puisqu’au Kenya, la polygamie a été légalisée en 2014.

En effet, les Kényans disposent d’un texte de loi autorisant toutes les largesses possibles et imaginables à la gent masculine, ce qui a créé un tollé jusqu’aux hautes sphères de l’État, le parlement national que les femmes ont quitté pour se constituer en association.

Le nouvel engouement de certains Kényans pour l’Érythrée pourrait trouver ses raisons dans la seule source de satisfaction que les Kényanes tirent de la situation : le texte autorisant la polygamie au Kenya rend égaux hommes et femmes en matière d’héritage.

La pyramide des âges de l’Érythrée en 2010 (ci-dessous) disponible sur le site pédagogique Perspective Monde de l’Université de Sherbrooke au Québec, indique clairement une présence plus forte des femmes en général. Les tranches d’âges où les personnes font habituellement des enfants ont été grisées.

圖片 1
Credit: US Census bureau

Sources : TV5 MondeAfrica 24SenegoAfrique Femme