in

Au Canada, les prisonniers ont leur propre site de rencontre

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, les détenus canadiens peuvent, comme les gens libres, disposer d’une plateforme en ligne leur permettant de communiquer avec d’autres personnes dans le but de nouer des amitiés, et plus si affinités…

Cette plateforme de correspondance devenue ensuite un véritable site de rencontres pour détenus a été baptisée Canadian Inmates Connect. Y sont inscrits certains des prisonniers les plus ténébreux du pays, par exemple Christopher Husbands, auteur de la fusillade du Centre Eaton, Dustin Hales, qui a tué sa femme et ses trois enfants en les poignardant, ou encore Luka Magnotta dit « le dépeceur de Montréal ».

Le site Canadian Inmates Connect a justement fait les choux gras de la presse l’an dernier lorsque Luka Magnotta s’y est créé une page pour chercher son « prince charmant », une page qu’il a ensuite supprimée après avoir déclaré l’avoir enfin trouvé. Luka Magnotta est sûrement le détenu le plus populaire et le plus impitoyable ayant fréquenté le site. Rappelons qu’en 2012, ce dernier a tué un jeune étudiant chinois installé à Montréal. Il avait démembré son corps et expédié les morceaux par la poste à différents destinataires. Arrêté à Berlin (Allemagne) quelques jours après ces envois postaux, il a été condamné à la prison à vie lors de son procès en fin d’année 2014.

Fiche créé puis retirée par Luka Magnotta (Crédit image : ICI Radio Canada)
Fiche créé puis retirée par Luka Magnotta (Crédit image : ICI Radio Canada)

Tous types de condamnés se trouvent sur Canadian Inmates Connect, qu’ils soient tueurs (en série ou non), violeurs, dealeurs, toxicomanes ou encore voleurs, et purgeant des peines allant de quelques années à la prison à perpétuité. Ils recherchent tous une compagne (ou un compagnon) tandis que certains affirment ne chercher que de l’amitié. Il faut noter que les détenus canadiens n’ont pas d’accès internet, les personnes qui vont donc correspondre avec eux leur envoient du courrier à l’adresse du pénitencier.

Pour la créatrice du site, Melissa Fazzina (39 ans), il s’agissait d’abord de pouvoir arrondir ses fins de mois avec une plateforme de correspondance, mais l’évolution du projet vers un site de rencontre lui a valu de vives critiques, pour ce qui est des questions en lien avec la sécurité des personnes entrant en contact avec les détenus. Cependant, Melissa Fazzina croit réellement au caractère positif de son site.

Logo du site de rencontre (Crédit image : Canadian Inmates Connect)
Logo du site de rencontre

Le site Vice News a interrogé un ancien délinquant et toxicomane reconverti dans la réinsertion des prisoniers. Il s’agit de Garry Glowacki, qui tend à confirmer l’influence positive de Canadian Inmates Connect sur le retour à la société des détenus :

« Tout ce qui peut créer un sentiment de communauté et d’appartenance après la libération favorise les chances de réinsertion. Souvent, ces mecs n’ont personne quand ils sortent. Dire qu’ils ne méritent pas ceci ou cela reviendrait à nier le fait qu’ils sont des êtres humains. Ces mecs-là vont sortir de prison. S’ils peuvent sortir en étant soutenu et accompagné, la réinsertion sera possible. De toute façon, cela va se produire avec ou sans le site. » explique-t-il.

Sources : ViceICI Radio Canada