in

Didier Maurin invite les investisseurs à se tourner vers le solaire en Grèce

© andreas / Pixabay

La Grèce, avec son abondance de soleil tout au long de l’année, est devenue une destination attrayante pour les investissements dans l’énergie solaire. Les composants photovoltaïques de plus en plus efficaces et abordables, combinés aux subventions généreuses de l’Union européenne en faveur des énergies renouvelables, sont également un environnement propice à l’investissement. Dans une récente tribune publiée dans les colonnes du Figaro, Didier Maurin examine pourquoi le créneau solaire en Grèce est une opportunité à ne pas manquer, et met en lumière les avantages financiers et environnementaux qu’il offre.

L’énergie, une ressource qui se tarit en Europe

Avant d’approfondir les raisons de l’attrait de l’énergie solaire en Grèce, le fondateur du cabinet DCT (ex Didier Maurin Finance, DMF) revient sur le contexte énergétique européen. Les conflits en cours, comme la guerre en Ukraine, ont mis en évidence la vulnérabilité du Vieux Continent à l’approvisionnement énergétique russe.

La dépendance aux combustibles fossiles reste élevée en Europe, avec 70% de la consommation d’énergie provenant en grande majorité du gaz et du pétrole. « L’électricité, qui représente approximativement 22% de la consommation d’énergie, est également générée en grande partie à partir de combustibles fossiles, principalement de gaz et de charbon. Ces dernières années, la consommation de gaz a augmenté ; le gaz étant considéré comme une transition énergétique plus propre que le pétrole ou le charbon et plus acceptable par la population que d’autres sources d’énergie telle que le nucléaire », indique Didier Maurin.

L’impulsion vers les énergies renouvelables

Cette situation crée une instabilité dans le secteur énergétique européen et renforce la nécessité de diversifier les sources d’énergie. Face à ces défis, l’Union européenne (UE) s’est engagée à décarboner la production d’énergie et à réduire sa dépendance aux combustibles fossiles. Si les politiques de sobriété et d’efficacité énergétique sont en cours d’adoption dans l’UE, le développement des énergies renouvelables, comme l’électricité produite entre autres par le solaire, est au cœur de cette transition.

Pour décarboner la production d’énergie et se débarrasser des combustibles fossiles, l’UE a besoin des entreprises et des particuliers. C’est la raison pour laquelle elle mise sur les subventions pour inciter ces acteurs à investir dans les énergies renouvelables, qui sont cruciales pour répondre aux enjeux économiques et environnementaux de demain, et favoriser une croissance verte.

La baisse des coûts de production

D’après Didier Maurin, l’un des facteurs clés rendant l’énergie solaire attrayante est la baisse constante des coûts de production. Les progrès technologiques ont en effet entraîné une réduction du prix des panneaux solaires et, par voie de conséquence, une augmentation de leur production.

Cette compétitivité par rapport aux énergies fossiles renforce l’attrait du solaire en tant que source d’énergie propre et économique. « Et l’avenir est prometteur avec les futurs véhicules solaires et les villes intelligentes, grandes consommatrices d’électricité, alors même que la planète est déjà en forte demande d’énergie », affirme le propriétaire du cabinet DCT.

Le stockage de l’énergie : une solution indispensable selon Didier Maurin

Bien qu’en plein essor, l’énergie solaire présente un défi majeur : son caractère intermittent. Les installations ne fonctionnent pas la nuit et sont moins productives par temps nuageux. C’est une lourde problématique dans la mesure où les consommateurs ont besoin d’une électricité stable et régulière. Sans parler des énormes quantités d’énergie perdues chaque jour pour la production qui génèrent un coût impactant, in fine, la facture des clients.

C’est là qu’intervient le stockage de l’énergie grâce à des systèmes de batteries qui ne cessent d’augmenter leur capacité, tout en coûtant de moins en moins cher. Ce phénomène existe avec nos télévisions et ordinateurs qui développent leur technologie tout en réduisant en parallèle leurs prix. « En ce qui concerne les appareils électroniques, plus ils sont performants et récents, plus ces derniers coûtent cher. Mais, avec la rapidité des avancées technologiques, les anciens modèles sont plus rapidement délaissés au profit des nouveaux modèles, ce qui provoque par conséquent une baisse de leur prix », informe Didier Maurin.

Opportunités d’investissement en Grèce

Si Didier Maurin met en lumière la Grèce comme pays dans lequel investir, c’est dans un premier temps pour son soleil rayonnant et actif une très grande partie de l’année. En plus de ses atouts naturels, le pays bénéficie de larges subventions de l’UE pour les investissements dans les énergies renouvelables, donc dans des projets préservant l’environnement. Le solaire coche toutes les cases. L’Union européenne a aussi décidé de soutenir les entreprises qui investissent en Grèce afin de la sortir des ses anciens marasmes économiques.

« Par conséquent, un investissement d’un million d’euros peut générer jusqu’à quatre millions de subventions. En sachant qu’un banquier prête souvent cinq millions supplémentaires tout en nantissant l’ensemble valant dix millions, et que le crédit est remboursé par l’électricité produite par l’ensemble de l’exploitation, même si, bien sûr, tout investissement, quel qu’il soit, représente toujours un risque. Le retour sur investissement est de l’ordre de 8% à 10% par an, à savoir entre 800 000 € et un million d’euros pour ce type d’exploitation », précise Didier Maurin.

Le stockage d’énergie a divers atouts

Pour aller plus loin sur le stockage d’énergie, Didier Maurin rappelle que la Grèce commercialise actuellement ses premières licences en la matière. Ces licences bénéficient de financements de l’Europe et offrent des « opportunités d’investissement pour ceux qui choisissent le pays et la branche pour investir leur capital, car les taux de risque et l’effet de levier du marché sont faibles. Néanmoins, il est souvent préférable d’aller encore plus loin en stockant l’énergie produite afin de la vendre au meilleur coût et de satisfaire les exigences des consommateurs », précise le fondateur de DCT.

Si l’investissement global est plus lourd, le stockage de l’énergie affiche toutefois des rendements encore plus élevés. En signant un contrat sur 20 ans avec l’équivalent d’EDF ou de l’Office fédéral de l’énergie en Grèce, les investisseurs peuvent en effet réaliser un retour sur investissement de 13% à 14%. Les investisseurs ont enfin la possibilité de combiner la production et le stockage de l’énergie pour accéder à un rendement pertinent.