in

En 2023, une personne sur 23 aura besoin d’aide humanitaire

Crédits : shironosov / iStock

Selon les Nations Unies, les besoins en aide humanitaire ont encore augmenté depuis l’an dernier. Il semble que les diverses crises de 2022 ont constitué le terreau idéal pour le développement d’une crise humanitaire mondiale d’importance majeure.

Une augmentation des besoins humanitaires

Selon un article publié par The Guardian le 1er décembre 2022, l’ONU estime qu’un nombre record de 339 millions de personnes souffriront d’événements extrêmes en 2023 et seront dans l’urgence. Cela représente une personne sur 23. Autrement dit, les besoins en aide humanitaire augmenteront de près d’un quart par rapport à l’an dernier. Cette augmentation se chiffre à environ 65 millions d’individus et le total de personnes qui seront en détresse est sensiblement comparable à la population d’un pays tel que les États-Unis.

Parmi les causes de cette crise humanitaire inédite, nous retrouvons les effets du dérèglement climatique, l’invasion de l’Ukraine par la Russie ainsi que la plus grande crise alimentaire mondiale de l’histoire moderne. Par ailleurs, l’ONU ainsi que ses agences partenaires estiment à 51,5 milliards de dollars les dons nécessaires pour financer les diverses opérations d’urgence pour sauver ces personnes. Cette somme représente une augmentation de 25 % du budget par rapport à celui de 2022.

enfants pauvres
Crédits : cloverphoto / iStock

Le financement, un enjeu crucial

Mais qui aura besoin de ces aides ? Selon l’ONU, les besoins se repartiront entre 68 pays dont 10 se trouvent dans une situation critique, au bord de la famine. L’Afghanistan, l’Éthiopie, la République démocratique du Congo, la Somalie, la Syrie, l’Ukraine ainsi que le Yémen auront notamment besoin d’une aide dépassant le milliard de dollars.

Or, le financement est encore une fois un enjeu critique. Par exemple, l’ONU a seulement pu rassembler 44% des ressources nécessaires à l’effort humanitaire en 2022. En outre, l’organisation désire encore porter secours à plus d’une centaine de millions de personnes, mais n’a pas les moyens suffisants pour y parvenir. Or, selon Martin Griffiths, le sous-secrétaire général des Nations unies aux affaires humanitaires et coordinateur des secours d’urgence, certaines tendances s’accéléreront en 2023. Par ailleurs, même si la générosité de quelques États membres est maintenue, les besoins augmentent bel et bien, notamment en raison de la guerre en Ukraine, de la pandémie de Covid et du réchauffement climatique.

Enfin, l’ONU a notamment cité les victimes des inondations à Sehwan (Pakistan), début septembre 2022. Un mois après la catastrophe, le bilan s’élevait à plus de 1 600 décès humains, environ 1,2 million de morts d’animaux et la dégradation de plus de deux millions d’habitations.