in

Expatriation : la pandémie de Covid-19 a modifié la “psychologie de l’ambition”

Crédits : Robster1983 / Wikipedia

La crise sanitaire actuelle alimente la réflexion chez de nombreux candidats à l’expatriation et expatriés. Si les premiers hésitent davantage à sauter le pas, les seconds tendent à revoir leurs priorités. Certains désirent en effet se rapprocher de leur famille et revenir à un mode de vie plus simple.

Quand les “expats” réfléchissent à un retour

Il ne fait aucun doute que la pandémie de Covid-19 a des répercussions sur tout le monde. De nombreuses personnes ont remis à plus tard leurs projets ou voient leurs entreprises durement impactées. Parmi elles, nous retrouvons les candidats à l’expatriation et bien sûr, les expatriés “effectifs”. Ainsi, dans un article paru dans Bloomberg le 29 décembre 2020, il est question de “repenser la psychologie de l’ambition”, puisque l’expatriation professionnelle est liée à cette dimension. En effet, ces personnes sont prêtes à faire d’importants sacrifices (principalement familiaux) pour leur carrière.

L’article évoque entre autres l’Asie qui est l’une des destinations phares pour les expatriés, notamment Hong Kong (Chine). Citons le cas d’une banquière britannique, mariée et mère de deux enfants résidant dans cette ville. Celle-ci explique que les facteurs motivant un retour au pays s’additionnent. Un des éléments les plus importants est selon elle l’année scolaire très perturbée que vit sa fille aînée de 8 ans.

voyageuse affaire expatriation
Crédits : quinntheislander / Pixabay

“Ce qui auparavant semblait être une aventure paraît désormais aliénant. Les bénéfices d’une vie plus ordinaire semblent plus grands que jamais : pouvoir rendre visite fréquemment à ses grands-parents, être avec sa famille à Noël, etc.”, peut-on lire dans l’article.

De nombreuses restrictions

Il faut dire que la facilité de prendre un avion pour se rendre d’un point A à un point B était un des attraits de l’expatriation. Or, tout n’est plus aussi évident aujourd’hui. Pour notre banquière mère de famille, fini les voyages fréquents au Royaume-Uni pour rendre visite à sa famille ou les séjours courts à Bali (Indonésie) ou à Singapour. Désormais, les sorties se limitent au territoire de Hong Kong. Bien que comportant de larges zones naturelles et protégées où il est possible de s’aérer, cette famille a l’impression de se restreindre énormément.

Par ailleurs, les mesures restrictives font que vivre à l’étranger n’est plus si évident en ce moment. De nombreux expatriés même de longue date rentrent ainsi chez eux, tandis que d’autres y réfléchissent. Alors que certains expatriés vivent habituellement une vie assez luxueuse, le temps est donc peut-être venu pour eux de revenir aux sources.

Enfin, ces changements de priorités personnelles vont de pair avec une autre donnée importante. En effet, les gouvernements de certains pays encouragent désormais les entreprises à activement donner la priorité aux emplois locaux. Autrement dit, les opportunités d’expatriation devraient se réduire comme peau de chagrin, du moins tant que la crise ne sera pas résolue. De plus, il n’est pas certain d’observer un jour un retour à la normale, même lorsque la crise sera derrière nous.