in

Pourquoi l’Arabie Saoudite soigne la coupe de cheveux de ses footballeurs ?

Le royaume d’Arabie Saoudite veille à ce que les acteurs du ballon rond dans le pays ne se permettent aucune coupe de cheveux sortant de l’ordinaire, surtout au niveau de la longueur.

Le quotidien Al Bawaba a récemment diffusé une vidéo pour le moins surprenante. En effet, on y voit Waleed Abdullah, gardien international et portier de l’équipe d’Al-Ittihad, se faire couper les cheveux à même la pelouse du stade où devait se jouer un match officiel. Et pourtant, le joueur n’avait pas arboré une coiffure très excentrique, une simple coupe façon « US marine », c’est à dire rasé sur les cotés (et à l’arrière) et très légèrement plus long sur le dessus.

Bien que la vidéo date de 2012, des faits similaires se produisent fréquemment. Par exemple, durant ce week-end du 9 avril 2016, trois joueurs se sont fait interdire l’accès aux terrains en Arabie Saoudite. En réalité l’Arabie Saoudite interdit toute coupe « qaza », c’est à dire couper court une partie des cheveux et laisser une autre partie plus longue. Cela signifie que les hommes doivent avoir une coupe où les cheveux sont de la même longueur, et ce sur tout le crâne. Les cheveux longs sont de toute manière interdits, tout comme le port de bijoux, en ce qui concerne les hommes.

L’organisation royale de la jeunesse est même l’auteur d’un décret interdisant les excentricités capillaires sur les terrains de foot. Cette règle très spéciale fait l’objet de nombreuses interrogations sur le Web de la part de jeunes qui ont décidé d’aller chez le coiffeur.

L’Arabie Saoudite, garant de l’Islam et pays très conservateur, craint que les pratiques occidentales ne pénètrent ses frontières, notamment en ce qui concerne l’apparence physique et les tenues vestimentaires. Les autorités du pays sévissent à la première occasion. Le docteur Saud Al-Dhayan de l’université King Saud, tente de montrer qu’il faut peut-être songer à évoluer :

« Interdire cela serait contre-productif et braquerait encore plus les jeunes. La meilleure chose à faire est de mener des études sociologiques dans le royaume, et renforcer l’identité des classes sociales les plus sensibles à l’occidentalisation, pour qu’ils cessent. »

Le football est quant à lui perçu comme une menace par les autorités saoudiennes, car outre la mode capillaire, le train de vie des footballeurs n’est pas en harmonie avec les croyances religieuses. Mais d’une manière générale, tout mécontentement à l’égard des exigences du régime est de toute manière répréhensible, ce qui inquiète toutefois une partie de la population.

« Les Saoudiens sont extrêmement inquiets. Le point de départ d’une éventuelle révolution sera probablement un club de foot plutôt qu’une mosquée », explique Ali Al-Ahmad, directeur du Gulf Institute, au blog The Turbulent World of Middle East Soccer.

Sources : France TV InfoOuest France