in

Le Sikkim va mettre en place un revenu de base universel

Rizières au Sikkim, en Inde. Crédits : Wikipédia.

Au Nord de l’Inde, le Sikkim – un des plus petits États du pays – envisage la mise en place d’un revenu universel de base. Il s’agit de la plus grande expérience jamais faite pour cette idée de “filet de sécurité” qui fait encore débat.

Un revenu de base universel est un revenu régulier garanti à tous les citoyens, payé par le gouvernement. Il s’agit d’une somme d’argent qui vise à remplacer les services d’assistance proposés par les États aux citoyens. Les décisions de dépenses incombent alors aux destinataires. L’idée, sur le papier, consiste donc à satisfaire les besoins de base, à simplifier la bureaucratie tout en mettant fin à l’assistanat. Plusieurs expériences ont été menées un peu partout dans le monde, avec plus ou moins de succès (Finlande, Canada, ou encore en Californie). C’est désormais au Sikkim de faire ses preuves.

610 577 citoyens concernés

Le Sikkim est le premier État 100 % bio en Inde et dans le monde. Désormais, l’utilisation de pesticides est devenue un crime passible d’une peine de prison. En 1998, il avait même été l’un des premiers à interdire l’utilisation des sacs plastiques. L’État indien se distingue encore aujourd’hui donc, en annonçant son intention de mettre en place un revenu de base universel pour chacun de ses 610 577 citoyens. « S’il y a une chance que cela se produise quelque part, c’est bien au Sikkim », a récemment déclaré Prem Das Rai, l’unique représentant de l’État au Parlement indien.

sikkim
Gangtok, la capitale de l’État montagneux du Sikkim. Crédit : Pixabay

Réduire les inégalités

Le responsable politique est bien conscient qu’il y aura des défis. « En fin de compte, c’est une question de volonté », a-t-il déclaré. « Avec la montée des inégalités mondiales, nous voulons nous assurer de réduire les écarts ». Pour l’heure, aucune information n’a filtré concernant le montant de ce revenu, mais le secteur du tourisme (2,5 millions de visiteurs par an dans cette région du monde) devrait permettre d’en financer une grande partie. Si tout se passe bien, les premiers paiements devraient être versés dès 2022.

En cas de succès, l’expérience du Sikkim – l’un des États les plus progressistes de l’Inde – contribuerait à relever le défi de l’automatisation du travail et à offrir un “filet de sécurité” aux habitants les plus pauvres. Car si l’Inde propose des centaines de programmes visant à assurer la sécurité sociale de ses habitants (5 % de son PIB), la corruption et les détournements de fonds entravent le système depuis de nombreuses années. D’où l’intérêt du Sikkim, désireux de proposer une solution alternative.

Source

Articles liés :

L’Inde prévoit une première mission avec équipage dans l’espace

Inde : le nombre inquiétant de suicides chez les femmes

Inde : une incroyable crise de l’eau menace 600 millions d’habitants