in

Le massacre des dauphins vient de débuter aux îles Féroé, une pratique horrible et obsolète

De juin à septembre s’ouvre la très sombre période de “grindadráp” (ou chasse à la baleine) dans les îles Féroé. Cette tradition macabre consiste à piéger dans une baie des dauphins (ou des baleines) pour les tuer à main nue. Une tradition obsolète. Récit.

La saison de la chasse s’est ouverte ce mercredi 6 juillet. La tradition est très ancienne, à une époque où la chasse était plus difficile et où la viande de baleine était utilisée pour se nourrir. Désormais, les techniques permettent de tuer jusqu’à 800 cétacés par saisons. L’an passé, en une journée, le 23 juillet 2015, 250 baleines ont été tuées, 500 en tout pendant toute la saison. Sea Shepherd pousse le débat pour que, désormais, cette chasse soit interdite. En parallèle, l’association mène des actions au large de côtes où elle patrouille pour pouvoir sauver des animaux. En 2014, grâce au passage de leurs bateaux de l’aube jusqu’à la nuit, seules 33 baleines avaient été tuées pendant toute la saison, mais c’est encore beaucoup trop.

Alors est-ce légal ? La question est complexe. Les îles Féroé appartiennent bien au Danemark, qui est signataire de la convention de Berne et qui s’engage à la lutte contre ce genre de pratiques. Cependant, l’archipel ne fait pas partie de l’Union européenne et possède son propre gouvernement. Alors même si l’Union européenne a signé une “Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe” qui permet de protéger les espèces de baleine pilote et de dauphine pilote, légalement, les îles Féroé ne sont pas tenues de respecter cette convention. Malgré tout, plusieurs personnes ont pu témoigner de la présence de bateaux danois non loin des côtes afin de préserver cette pratique et de la protéger, ce qui constitue une infraction.

Capture d’écran 2016-07-08 à 20.16.08

Le 24 juillet 2015, Sea Shepherd publiait cette vidéo dans laquelle on pouvait voir le drame du massacre des 150 baleines pilotes. Dans son interview à Konbini, Xavier Figarella, activiste français du groupe Sea Shepherd dénonce une pratique obsolète. En effet, les animaux ne peuvent pas être utilisés pour la nourriture puisqu’ils contiennent un taux de mercure trop élevé. Ainsi, ce qui était à l’origine un moyen nécessaire pour se nourrir est désormais une pratique cruelle qui n’a plus lieu d’être.

Source