in

Chine : de l’air pollué de Pékin en canette !

Durant ces dernières années, un nouveau marché est en plein essor chez nos amis chinois : celui de l’air pur en bouteille. Un businessman britannique a décidé de reprendre ce concept, mais en l’inversant. Ainsi, ce dernier commercialise de l’air pollué en canette en provenance de la capitale du pays, Pékin (Beijing).

Souvenez-vous, il y a deux ans un artiste chinois avait réussi la prouesse de vendre un bocal renfermant de l’air pur de notre chère Provence, et ce, à un prix incroyable de 600 euros. L’an dernier, une société canadienne avait commencé à commercialiser de l’air pur issu de la chaine de montagnes des Rocheuses en Chine. Cet air pur mis en bouteille se vend à l’unité environ 14 euros.

L’air pur fait un véritable carton dans ce pays, tout simplement parce que les grandes villes sont si polluées que tout le monde ou presque porte des masques antipollution. Il s’agit donc d’un véritable luxe pour bon nombre de chinois de respirer de l’air pur quelques instants et beaucoup d’entre eux y mettent le prix.

L’année 2016 est l’année de l’air pollué en canette ! Il s’agit tout simplement d’une blague de mauvais goût, mais cet air souillé issu de la ville de Pékin sera bel et bien disponible dans une boutique de souvenir ! Incroyable et pourtant vrai. L’homme d’affaires anglais à l’origine de cette idée, Dominic Johnson-Hill, évoque le côté spécial de la canette d’air pollué baptisée « Beijing Air » :

« J’avais vu des gens devenir fous pour acheter de l’air en conserve du Canada et de l’Australie, alors j’ai pensé qu’il était temps faire du business dans l’autre sens. C’est un cadeau parfait ! Quoi d’autre allez-vous ramener de Pékin quand vous rentrerez chez vous ? Un canard rôti ? Un T-shirt ? Ces boîtes sont légères, portables ; imaginez-vous le visage de quelqu’un quand il déballera ce cadeau pour Noël »
.

Sur la fameuse canette figure la mention « 2,5 » en référence aux particules fines PM2, 5. De plus, celle-ci porte diverses indications telles que :

« Chaque canette d’air de Pékin contient un mélange unique de nitrogène (77 %), d’oxygène (20 %) et d’autres trucs (3 %) »

« Risque d’étouffement »

ou encore :

« Peut avoir été en contact avec des noix » (voir ci-dessous).

(Crédit image : Plastered 8)
(Crédit image : Plastered 8)

Évidemment, ce présent faisant office de souvenir de la capitale chinoise est teinté d’humour, reflétant tout de même une réalité assez dommageable. Cependant, la commercialisation de l’air de Pékin en canette devrait sans aucun doute connaitre un fort succès.

Sources : Daily MailChine InformationsVice News