ZFE : découvrez les villes bientôt concernées par ce dispositif

pots d'échappement pollution voitures en ville
Crédits : iStock

Tant pour des questions de santé publique que d’urgence environnementale, le gouvernement a instauré les zones à faibles émissions mobilité (ZFE), un dispositif visant à réguler la circulation des véhicules polluants dans les grandes villes françaises afin de combattre la pollution de l’air. Déjà en place dans certaines métropoles, il va bientôt s’étendre à de nouvelles zones.

Quel est l’objectif des ZFE ?

Chaque année, près de 100 000 décès prématurés en France sont imputables à la pollution. En Auvergne-Rhône-Alpes, on estime par ailleurs que 4300 décès sont liés directement aux particules fines. Ainsi, comme l’explique le site du gouvernement : « depuis 2019 et la loi d’orientation des mobilités, les villes qui dépassent régulièrement les normes de qualité de l’air doivent instaurer des zones à faibles émissions mobilité. L’objectif : protéger les conditions de santé des résidents des lieux concernés, et diminuer la pollution de l’air provoquée par des véhicules trop polluants ».

vignettes crit'air ZFE
Crédits : Ministère de la Transition écologique

Si la qualité de l’air a globalement connu une grande amélioration ces vingt dernières années, plusieurs villes continuent en effet à dépasser les seuils établis pour les douze polluants réglementés en France. C’est donc là qu’interviennent les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m). Suivant des règles de circulation fixées localement et les différents niveaux de pollution établis par les vignettes Crit’air, les véhicules motorisés les plus polluants peuvent ainsi être amenés à être interdits de circuler dans certaines zones, que ce soit en continu ou suivant des horaires définis. Les contrevenants risquent une amende de 68 € pour les voitures et les deux-roues, et 135 € pour les poids lourds, bus et autocars.

voiture en ville circulation ZFE
Crédits : iStock

Un dispositif bientôt étendu à de nouvelles villes françaises

Suite à la loi d’orientation des mobilités (ou LOM) votée fin 2019, plusieurs ZFE ont été créées. On retrouve l’agglomération parisienne, la Métropole de Grenoble et celle de Lyon, Rouen-Normandie, Reims, Nice-Côte d’Azur, Toulouse et Saint-Étienne. Très bientôt, de nouvelles zones vont également s’ajouter à celles qui sont déjà existantes. Cela concernera dans les métropoles d’Aix-Marseille-Provence, Toulon-Provence-Méditerranée, Montpellier-Méditerranée et Strasbourg. Et ce n’est qu’un début.

Avec la Loi Climat et Résilience votée en 2021, les ZFE vont en effet être généralisées. Au 31 décembre 2024, toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants devront avoir mis en place leur ZFE-m. L’interdiction visera par ailleurs les Crit’Air 5 en 2023, les Crit’air 4 en 2024 et les Crit’Air 3 en 2025. En prenant en compte les Crit’air 3 et antérieurs, ce sont ainsi pas moins des trois quarts du parc français actuel qui seront exclus des métropoles.

Et malgré des dispositifs tels que le bonus écologique et la prime à la conversion pour acheter des véhicules récents moins polluants, rien ne garantit qu’ils ne deviendront pas aussi obsolètes après un nouveau durcissement de la réglementation.