in

Faire encore nos besoins dans de l’eau potable, est-ce absurde ?

Crédits : Pixabay

Le Professeur Feuillage et son assistante Sophie expliquent dans une de leurs chroniques à quel point l’être humain gâche la ressource eau, gaspille de l’énergie, et ce tout en jetant nos excréments qui pourraient servir !

« Pisser et chier dans l’eau potable, c’est fou quand on y pense » déclare le Professeur Feuillage avec humour, dans l’épisode 10 de ses « chroniques écologiques ».

Visiblement, nous n’y pensons pas assez puisque nous continuons de faire nos besoins dans de l’eau totalement propre à la consommation. Un être humain produit environ 40.000 litres d’urine dans sa vie, ainsi que 11.000 kg de matières fécales. Rapportée à l’humanité entière, celle-ci produirait environ 40 millions de tonnes de déjections.

L’eau potable se raréfie sur Terre puisque plus d’une personne sur dix n’y a pas accès dans le monde, ce qui est synonyme d’une dimension géopolitique non négligeable. En effet, certains spécialistes prédisent de sévères tensions entre divers États au sujet de cette ressource de plus en plus sensible. Et pourtant, lorsque nous tirons la chasse d’eau, ce sont 9 litres d’eau qui s’envolent, soit un tiers de notre consommation totale en eau. Incroyable non ? Ce sujet reste d’ailleurs encore très tabou dans nos sociétés.

À l’heure où le concept des toilettes sèches (et solaires) se diffuse petit à petit, il faut comprendre que les toilettes à eau n’ont pratiquement que des désavantages. Écologiquement, ces dernières ne sont pas viables et lorsque l’on sait que la décontamination des eaux usées est gérée par des fonds publics, il serait temps de penser à des alternatives plus propres et moins couteuses, tout en produisant de l’énergie.

Il s’agit notamment de valoriser nos excréments, plutôt que de les évacuer dans l’eau potable qu’il faudra traiter ensuite. Par exemple, nos matières fécales peuvent produire du biogaz afin de chauffer de l’eau et faire rouler des véhicules, mais il y a également la pile à combustible microbienne ou encore le chauffage par tas de compost.

En attendant selon Consoglobe, il faut absolument pouvoir équiper tous nos WC d’une chasse d’eau à double touche (différents volumes d’eau selon les besoins), veiller à ne pas avoir de chasse défectueuse (car cette dernière consomme plus), ne pas avoir de matériel trop ancien, et éventuellement utiliser des plaquettes Eco-wc (pour retenir le surplus d’eau).

Voici l’épisode 10 des « chroniques écologiques » du Professeur Feuillage :

Sources : Mr MondialisationConsoGlobe