,

Au Pays-Bas, les prisons se vident et l’État ne sait plus quoi en faire !

Prison de Breda, Pays-Bas Crédits : capture vidéo Facebook / Agence France-Presse

En France, la surpopulation carcérale est un véritable problème. Aux Pays-Bas, il y a trop de place dans les prisons à tel point qu’un grand nombre d’entre elles ferment leurs portes définitivement.

En février 2017, France Inter expliquait qu’un tiers des places des prisons néerlandaises ne sont pas occupées et que sera le cas de 3000 places supplémentaires d’ici à 2021. Selon l’Agence France-Presse, la criminalité est en nette baisse depuis une décennie aux Pays-Bas. Cela représente 20 % de détenus en moins et 27 prisons fermées depuis 2014.

Dans une vidéo à visionner en fin d’article, l’AFP donne l’exemple d’une prison vide située dans la ville de Breda et a interviewé Anneloes van Boxtel du Ministère de l’intérieur néerlandais :

« Il y a moins de criminels dans les prisons parce que les juges néerlandais ont commencé à appliquer des sanctions différentes, pas plus légères, mais différentes avec des peines de travail, des bracelets électroniques et des centres spécialisés. » Ainsi, ces nouvelles solutions traduisent une volonté des juges néerlandais d’utiliser la prison en dernier recours, ce qui a inexorablement fait baisser le nombre de détenus et conduit à la situation actuelle.

La prison de Breda, datant de 1886, a été classée monument historique protégé. À l’instar des autres prisons vides, les autorités réfléchissent à la façon de réutiliser les infrastructures. Ici, une centaine d’entrepreneurs sont hébergés comme la société 3D Red Panda VR, une start-up néerlandaise mettant au point des applications de réalité virtuelle.

Les Pays-Bas ont trouvé d’autres solutions pour réutiliser les prisons vides, souvent situées en rase campagne. D’autres pays en tension au niveau de leurs installations carcérales demandent par exemple à pouvoir les utiliser. C’est le cas de la Belgique y ayant déjà envoyé 500 prisonniers ainsi que la Norvège qui a loué une prison pour trois ans en échange d’une somme avoisinant les 25 millions d’euros.

Voici la vidéo publiée par l’Agence France-Presse :

Sources : France InterPositivR