in

La crise des 25 ans, ce moment où la vie nous paraît si fade

Crédits : iStock

Alors qu’on pourrait croire que 25 ans est l’âge de tous les possibles, une nouvelle étude révèle qu’elle correspond plutôt à une période de doute et de grande remise en question. La première motivation de ces jeunes issus de la génération Y ? Donner un sens à leur vie, et surtout à cette sinistre carrière professionnelle qui s’ouvre à eux.

69% des 25-33 ans touchés

En s’appuyant sur des données récoltées sur le réseau social professionnel LinkedIn, le psychologue Oliver Robinson, professeur à l’Université de Greenwich, à Londres, a fait une découverte fracassante.

On connaissait la fameuse crise de la quarantaine qui rend les gens tout fous lorsqu’ils se rendent compte qu’ils sont déjà arrivés à la moitié de leur vie, mais le clinicien s’est aperçu qu’il en existait une qui se déclarait encore plus tôt : la « crise du quart de vie », liée au fait que les jeunes font des études de plus en plus longues et n’ont donc pas l’impression de profiter de la vie. La peur de ne pas trouver de travail est également évoquée.

« Ce n’est pas facile d’être un jeune adulte en 2018. Le marché de l’emploi est assez inaccessible pour la plupart d’entre eux, les prix des locations et des logements sont élevés. Il y a également une contradiction très forte entre toutes les choses “qu’il faut réaliser” au moins une fois dans sa vie, et les pressions plus raisonnables qui poussent à être calme et heureux », a déclaré le psychologue Oliver Robinson au journal les Inrocks.

Sur les 2 000 jeunes Britanniques étudiés, 43 % d’entre eux ne savent pas quoi faire de leur vie, 28 % sont malheureux dans leur travail, 30 % pensent ne pas avoir assez voyagé et 69 % subissent trop de pression. Encore pire, un tiers des jeunes se sentirait en situation de désespoir. Bref, une jeunesse qui se retrouve face à un futur plutôt sombre et qui n’a pas du tout de quoi faire rêver.

Le rêve de tout plaquer

Mais cette crise des 25 ans n’a pas que des effets négatifs. En effet, elle permet de se questionner sur ce que l’on veut vraiment, empêchant ainsi de faire les mauvais choix. Et pour réfléchir, quoi de mieux que de tout plaquer et de partir à l’aventure ? En fonction des ambitions de chacun, l’aventure peut s’avérer être un voyage à l’autre bout du monde ou tout simplement la création de sa propre entreprise. C’est d’ailleurs ce qu’a fait 1 jeune sur 10 entre 25 et 33 ans en quittant son job à temps plein pour se lancer de nouveaux défis.

« Les jeunes adultes traversent une crise qui les fait réfléchir sur de nombreux sujets. Ils réévaluent ce qui compte vraiment dans leur vie, et tentent de trouver comment vivre sainement dans un monde qu’ils perçoivent désormais comme insensé ».

Cette crise qui surviendrait le plus souvent à 26 ans et qui durerait 11 mois serait en fait une excellente occasion pour grandir et surtout pour apprendre à vivre. Car une vie monotone et routinière à 25 ans, c’est l’angoisse assurée !

« Une crise comme celle-ci est une excellente occasion de se réveiller, et de devenir plus complet et mature. Mais cela demeure aussi une expérience difficile à vivre, et émotionnellement très instable », conclut Oliver Robinson.

Source

La crise des 25 ans, ce moment où la vie nous paraît si fade
Notez cette actu